Cameroun: Compétences des jeunes – L’Unesco propose un cadre innovant


Des échanges y relatif ont été organisés vendredi dernier au bureau régional de l’Unesco pour l’Afrique centrale à Yaoundé.

Le bureau régional Afrique centrale de l’Unesco a organisé vendredi dernier à Yaoundé une rencontre virtuelle. C’était à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des compétences des jeunes. Les discussions tournaient autour du thème : « Compétences des jeunes et employabilité : réflexion autour des qualifications requises dans le monde du travail et l’entreprenariat pendant et après le Covid-19 au Cameroun ».

Des heures durant, les travaux se sont déroulés sous la présidence du ministre de la Jeunesse et de l’Education civique, Mounouna Foutsou. De l’entrepreneuriat et l’auto-emploi, aux changements dans les profils professionnels des jeunes et des compétences demandées au Cameroun, en passant par plusieurs autres modules, des jeunes ont partagé leurs expériences. Les débats entre les panélistes et les participants, constitués de jeunes et de représentants des secteurs privé, public et de la société civile, ont été animés dans une démarche de questions-réponses par Ama Tutu Muna, membre de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme et par ailleurs, présidente du mouvement Génération partenaires du progrès. Il était question d’offrir aux jeunes étudiants, universitaires, diplômés et chercheurs d’emploi, un cadre de réflexion sur les compétences innovantes requises pour accéder plus efficacement au monde du travail. Ceci, en tenant compte du contexte sanitaire où le Covid-19 impose un nouveau mode de fonctionnement à la société.

« Quelle compétence ? Quelle qualification pour le marché du travail pendant et après la pandémie ? Comme vous le savez, il y a la crise sanitaire, mais le plus important c’est son impact sur tout ce qui est socio-économique. Nous avons vu des étudiants qui ont fini leurs études académiques mais n’arrivent pas trouver de l’emploi… C’est le moment de mener des réflexions avec les jeunes. Il faut relever qu’il y a des opportunités : la révolution électronique numérique a crée beaucoup d’opportunités. Il s’agit du passage au monde virtuel à l’utilisation des nouvelles technologies », a indiqué Salah Khaled, représentant du bureau régional de l’Unesco pour l’Afrique centrale.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire