Cameroun: Loi régissant les associations culturelles – La promulgation fait des heureux


Suite au décret présidentiel du 20 juillet dernier, les présidents de trois pools artistiques, ont remis au Minac mercredi dernier, des motions de soutien destinées au président de la République.

Le décret présidentiel du 20 juillet 2020 portant promulgation de la Loi régissant les associations artistiques et culturelles au Cameroun a fait des heureux.

Pour manifester leur joie, trois présidents de pools d’associations culturelles se sont rendus chez le ministre des Arts et de la Culture, Bidoung Mkpatt, mercredi dernier avec des motions de soutien adressées au président de la République pour le remercier. Ingrid Solange Amougou, coordonnatrice du pool des concours de beauté, a ouvert le bal des audiences.

Dans son mot de circonstance, elle a reconnu que l’initiative du chef de l’Etat va permettre un meilleur déploiement sur toute l’étendue du territoire national et même à l’international aux acteurs du secteur de la beauté.

« Nous, promoteurs des concours de beauté, accueillons avec ferveur cette volonté de démocratiser l’action culturelle et de lui donner les moyens d’un déploiement optimal pour consolider notre unité et intégration nationale.

Nous nous remettons ainsi à la pleine disposition du gouvernement afin d’apporter notre pierre à la construction du Cameroun.

Désormais, nous ne serons plus obligés de courir partout à la recherche des partenaires, car l’Etat va nous prendre en charge », a expliqué la responsable du pool concours de beauté.

Dans la même veine, le coordonnateur du pool des pratiquants de la médecine Africaine, Godfred Weriwoh Tembeng et son équipe ont témoigné leur gratitude envers le président de la République pour le décret portant promulgation de la loi régissant les associations artistiques et culturelles au Cameroun.

Avant de remettre la motion de soutien adressée au chef de l’Etat au Minac, il est revenu sur les avantages de cette loi.

« Cette décision du chef de l’Etat vient entre autres sortir de l’ornière la médecine africaine appelée de façon péjorative médecine traditionnelle. Elle permettra également de vulgariser et renforcer les capacités de nos pratiquants et chercheurs », s’est-il réjoui.

Toujours dans le cap de reconnaissance à l’endroit du chef de l’Etat, François Bingono Bingono, coordonnateur du pool des détenteurs des savoirs immatériels et arts divinatoires, a fait savoir qu’ils étaient jusqu’ici dans l’anonymat, et pourtant consultés en secret par toutes les catégories sociales.

« Grâce à cette loi, nous siégerons désormais à la haute table où nous pouvons solennellement faire valoir notre science », a-t-il déclaré.

C’est donc, si l’on en croit ce groupe de promoteurs culturels reçu par le Minac, une nouvelle ère qui s’ouvre pour les associations artistiques et culturelles au Cameroun .



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire