Angola: La commissaire de l’UA réitère son engagement en faveur de l’agriculture


Luanda — La commissaire de l’Union africaine à l’économie rurale et à l’agriculture, l’Angolaise Josefa Sacko, a souligné comme les principaux défis pour le secteur, dans les années à venir, l’augmentation de la production alimentaire, dans un pari axé sur la sécurité nutritionnelle du continent.

S’exprimant jeudi, depuis Addis-Abeba (Ethiopie), lors des débats de la IXe réunion « Triangle stratégique: Amérique latine – Europe – Afrique », lA responsable a souligné l’intention de rendre le continent de moins en moins dépendant des importations de produits de panier de la ménagère.

À titre d’exemple, elle a indiqué qu’en 2019, le continent avait dépensé environ 47 milliards de dollars américains pour importer des produits alimentaires, une tendance que l’on cherche à inverser dans le cadre de l’agenda 2020/2063 de l’Union africaine (UA).

Quant à la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale, il la considère comme une étape fondamentale, à l’heure où des travaux sont menés pour créer une agence de sécurité alimentaire, dont le but est d’assurer la qualité des aliments produits en Afrique.

L’ingénieure Josefa Sacko a reconnu les faiblesses du système alimentaire du continent qui pourraient aggraver la situation des populations les plus vulnérables et accentuer les niveaux de malnutrition, en particulier à cette phase de Covid-19.

Pour contourner cette situation, l’espoir est dans l’agenda 2020/2063 de l’UA, qui se concentre sur la promotion de l’agro-industrie à travers les politiques publiques et l’amélioration de l’environnement des affaires pour stimuler les partenariats internationaux. La IXe réunion «Triangle stratégique: Amérique latine – Europe-Afrique», qui s’est achevée jeudi, a duré deux jours et avait pour devise «réponse triangulaire à la crise mondiale».



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire