Cameroun: Altercation – Un gendarme tué à l’agence Finexs


Le maréchal-des-logis Armel Liem Pime et un de ses collègues passés à tabac par des employés, dans la nuit du 22 au 23 juillet.

100 F. C’est pour 100 F que le maréchal-des-logis Armel Liem Pime a perdu la vie dans la nuit du 22 au 23 juillet 2020 à Douala. Le jeune gendarme et un collègue avec lequel il s’apprêtait à voyager (ils avaient déjà leurs tickets) ont été molestés par des employés de l’agence Finexs, sise au lieudit « Douche » à Akwa.

Le problème, selon des informations obtenues par CT, part du fait qu’au sortir des toilettes de l’agence, le gendarme n’avait pas de petite monnaie pour payer les 100 F à lui exigés. De fait, il avait 500 F et ses vis-à-vis, eux, ont dit ne pas avoir de quoi lui rembourser. Mais n’ont pas voulu le laisser partir sans payer.

Tirée des caméras de surveillance de l’agence, une vidéo ayant circulé hier sur les réseaux sociaux montre que le ton est vite monté entre les employés et les gendarmes. Et à un moment, une bagarre a éclaté. Deux, en fait, puisque chaque gendarme a été pris à partie par un groupe d’employés.

Les échanges seront brefs, car trop déséquilibrés, et particulièrement violents. A un moment, après avoir été frappé à plusieurs reprises avec une pièce de bois, un des gendarmes s’écroule et ne bouge plus. Assommé.

La vidéo s’arrête là, mais elle a été suffisamment éloquente. Assez vite, l’information sur cette altercation s’est mise à circuler dans la ville. Saisies, les autorités, notamment de la gendarmerie, sont descendues sur les lieux. Et ont procédé à plusieurs interpellations.

Les premiers suspects ont été conduits à la brigade d’Akwa sud, la plus proche de l’agence. Mais aux dernières nouvelles, la plupart des personnes arrêtées dans le cadre de cette affaire sont détenues à la Légion de gendarmerie à Bonanjo.

Armel Liem Pime, dont la dépouille a été déposée à la morgue de l’hôpital de la Garnison militaire, était en service à la direction technique et logistique de la Gendarmerie nationale à Yaoundé.

Il rentrait d’une mission dans le Sud-Ouest. Son collègue d’infortune, lui, est actuellement hospitalisé. Au moment où nous allions sous presse, l’agence de transport avait été scellée .



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire