Cameroun: Emissions des titres publics – La Beac prévoit un rachat


Au terme du comité de politique monétaire tenu le 22 juillet, la Banque centrale envisage d’injecter 600 milliards de F pour soutenir les pays qui vont aller sur le marché monétaire.

Le comité de politique monétaire de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) était réuni le 22 juillet dernier en visioconférence en session extraordinaire. C’était sous la présidence d’Abbas Mahamat Tolli, son président statutaire, par ailleurs gouverneur de la Beac. Il était question au cours de cette réunion d’examiner les mesures exceptionnelles et complémentaires de la politique monétaire proposées par le gouvernement de la Banque centrale pour soutenir les Etats qui subissent les conséquences économiques de la crise sanitaire liées au Covid- 19. Une mesure qui sera certainement la bienvenue pour les pays a été arrêtée. Il s’agit d’un programme de rachats ponctuels et ciblés, sur le marché secondaire, des titres publics émis par les Etats membres de la Cemac, conformément aux dispositions du cadre réglementaire relatif aux règles et modalités d’intervention de la Beac sur le marché monétaire.

L’enveloppe globale maximale de ce programme de rachats a été fixée à 600 milliards de F pour l’ensemble des pays, peut-on lire dans le communiqué de presse final de cette réunion. « Cela veut dire que comme la Beac n’est plus autorisée à financer directement les Etats et que par ailleurs les Etats doivent supporter certaines dépenses qui n’étaient pas prévues, elle finance donc indirectement en rachetant sur le marché secondaire les titres que les banques vont acheter », explique une source à la Banque centrale.

S’agissant des conditionnalités de cette mesure, le communiqué de la Beac précise que la maturité des titres publics concernés par cette mesure ne doit pas excéder les 10 ans. Aussi a-t-elle demandé aux Etats souhaitant bénéficier de cette opération « de réviser et de respecter leurs calendriers d’émission des titres publics, en concertation avec les spécialistes en valeurs du trésor de leurs réseaux respectifs, en cohérence avec les dernières lois de finances adoptées dans chaque pays et les plans de financements budgétaires convenus dans le cadre des programmes économiques et financiers avec le Fonds monétaire international ». Le programme de rachat va s’étendre sur six mois avec une possibilité d’étendre à six mois supplémentaires en cas de nécessité et en cohérence avec les perspectives économiques 2021. Notre source précise que cette procédure doit être conforme au cadrage budgétaire des Etats, par exemple en cas de déficit, un Etat peut émettre des titres pour compenser.

Autre information à retenir de ce CPM, la reprise des opérations d’injection de liquidité à long terme aux établissements de crédit afin de leur offrir plus de ressources stables pour couvrir les emplois à moyen et long termes. Mais aussi offrir un cadre idoine pour le financement des économies de la sous-région .



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire