Cameroun: Insécurité alimentaire – Des solutions pour 1, 4 million de personnes


Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural a présenté la situation dans sept régions vendredi dernier à Yaoundé.

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Gabriel Mbaïrobe a délivré vendredi dernier, 8 décembre 2019 à Yaoundé une communication sur la sécurité alimentaire au Cameroun. Il s’agit en fait de la restitution des résultats du cadre harmonisé d’analyse des zones à risque et des populations en insécurité alimentaire et nutritionnelle au Cameroun entre octobre et décembre 2019.

Ladite communication s’est déroulée en présence du ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales et des représentants pays des institutions partenaires.

Il a donc été révélé qu’au Cameroun en ce moment, 1,4 million de personnes étaient en situation d’insécurité alimentaire dans les régions marquées notamment les crises socio-politiques, les déplacements internes de populations, l’afflux des réfugiés, etc.

Dans la restitution des travaux présentée par Marie Jeanine Atanga Nkodo, coordonnateur du programme national de veille et de renforcement de la sécurité alimentaire, avant la déclaration du ministre, on apprend qu’à ce jour sur 40 départements analysés dans sept régions du Cameroun, la situation alimentaire et nutritionnelle des populations est bonne dans 15 départements, dans 16 départements, elle est relativement acceptable alors que 9 départements sont en phase de crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud- Ouest.

Par contre, aucun département n’est en situation d’urgence ou de famine. Par ailleurs, il faut dire que les régions Centre-Sud-Est n’ont pas été analysées.

Il a donc été recommandé de déclencher l’aide humanitaire pour les populations en crise ou pire, de mettre en oeuvre les interventions visant à améliorer la résilience des populations en phase sous pression ceci en apportant un support à la production végétale et animale, et renforcer les moyens d’existence des populations.

Il est aussi question d’assurer les interventions de prévention et de prise en charge de la malnutrition, d’appuyer financièrement la collecte des données de sécurité alimentaire, renforcer l’appui des partenaires, le dispositif de veille et de suivi de la sécurité alimentaire, entre autres.

D’après le Minader, si ces recommandations sont suivies mais aussi celles du grand dialogue national, « au cours de la période juin-juillet-août 2020, la situation alimentaire restera en phase minimale dans 19 départements.

Toutefois 17 départements resteront sous pression avec une situation alimentaire relativement acceptable et 4 départements initialement en crise vont rentrer dans la phase sous pression. Aucun département ne se retrouvera en situation d’urgence ».



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire