Agriculture dans les Cascades : Le ministre Salifou Ouédraogo visite des réalisations du Projet d’appui à la promotion des filières agricoles


Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, Salifou Ouédraogo, a visité ce vendredi 24 juillet 2020 dans la région des Cascades, des réalisations du Projet d’appui à la promotion des filières agricoles (PAPFA). La délégation a pu apprécier le niveau d’avancement de l’ensemble des réalisations en cours ou même achevées à peine un an après le démarrage du programme. Selon le coordonnateur national du PAPFA, Salif Sié Stéphan Kambou, sur une cible de 3000 hectares de bas-fonds attendus dans le cadre du projet, 1500 hectares sont déjà engagés sur le terrain.

C’est sous une fine pluie que la délégation, conduite par le ministre en charge de l’agriculture, Salifou Ouédraogo, a pu visiter certaines réalisations du Projet d’appui à la promotion des filières agricoles (PAPFA) dans la région des Cascades. Résolument engagé à promouvoir l’agriculture au Burkina Faso, cette visite a permis au chef de délégation (Salifou Ouédraogo) d’encourager ainsi les producteurs de cette région du pays, notamment les femmes et les jeunes.

La délégation visite le site d’aménagement du bas-fond de 23 hectares dans le village de Kansianra

Au cours de cette sortie terrain, la délégation a pu visiter dans le village de Kansianra, dans la commune de Tiéfora, province de la Comoé, le site d’aménagement d’un bas-fond de 23 hectares et d’un périmètre maraicher avec huit puits à grand diamètre de deux hectares en cours de réalisation. Puis, cap a été mis sur la commune de Douna dans la province de la Léraba, où la délégation a également visité un périmètre maraicher économe en eau (modèle d’exploitation agricole) d’une superficie de quatre hectares en cours de réalisation par l’association ACN/PIP. Le suivi/supervision des travaux est assuré par la direction régionale en charge de l’agriculture des Cascades.

Le ministre Salifou Ouédraogo s’est réjoui au terme de la visite car il estime qu’elle lui a permis de constater l’état de mise en œuvre du projet. « Nous avons visité un premier site de bas-fond qui est aménagé surtout pour les femmes, parce que 80% des bénéficiaires représente des femmes. Ce sont de bons aménagements qui sont en cours. Au-delà de la production du riz, qui rentre dans le cadre d’un million de tonnes de riz à produire de l’initiative du président du Faso, il y a également la réalisation de puits maraichers pour amener les populations à poursuivre l’agriculture même après la saison pluvieuse. Ces puits vont permettre de produire des légumes et d’autres spéculations », a-t-il expliqué. Avant d’ajouter que le deuxième site visité est également initié par le PAPFA dans le cadre de l’appui à des femmes pour la production maraichère.

Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, Salifou Ouédraogo

« Et là, c’est vraiment un système de maitrise totale de l’eau avec un système solaire avec un château d’eau qui va permettre à ces femmes de produire continuellement sans dépendre de la saison des pluies. Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, il y a près de 1000 hectares de bas-fonds qui ont été aménagés et qui sont en cours de valorisation, mais également près de 300 hectares de périmètre maraicher qui sont réalisés au profit des femmes », a laissé entendre le ministre Salifou Ouédraogo. Pour lui, PAPFA demeure un grand projet qui, à terme, va permettre la réalisation de 1000 entreprises micro-rurales.

Il a souligné également que ce programme s’inscrit dans la dynamique de faire en sorte que les femmes et les jeunes puissent mettre en place leur modèle d’exploitation, afin de pouvoir produire et améliorer leurs revenus.

Le coordonnateur national du PAPFA, Salif Sié Stéphan Kambou, pour sa part, a d’abord rappelé que ce projet est né de la volonté du gouvernement burkinabè et de ses partenaires techniques et financiers que sont le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Fonds de l’OPEC (OFID).

Le coordonnateur national du PAPFA, Salif Sié Stéphan Kambou

A l’en croire, en aout 2019 (les débuts du programme), l’équipe du PAPFA avait déjà entrepris une démarche d’identification des différents périmètres maraichers et bas-fonds susceptibles d’être aménagés. Il a par ailleurs expliqué que sur une cible de 3000 hectares de bas-fonds attendus dans le cadre du projet, 1500 hectares sont déjà engagés sur le terrain. « Cette initiative gouvernementale vise à faire en sorte que l’importation du riz soit réduite de façon substantielle parce que nous sommes à près de 400 000 tonnes de riz qui sont importés par an au Burkina Faso. Et avec ce programme qui est déjà engagé, nous devrons être à mesure, malgré le contexte de covid-19, de produire conséquemment le riz pour pouvoir nourrir le peuple burkinabè », a dit le coordonnateur national du PAPFA.

Le ministre et sa délégation visite le périmètre maraîcher économe en eau d’une superficie de quatre hectares en cours de réalisation dans la commune de Douna

Cette sortie a été mise également à profit pour échanger avec les producteurs des différentes localités visitées. Ainsi, le ministre de l’agriculture a pu échanger avec ces derniers autour de leurs préoccupations. Lesquelles préoccupations trouveront satisfaction d’ailleurs très prochainement aux dires de Salifou Ouédraogo.

En effet, sur le premier site visité par la délégation, les producteurs ont exprimé entre autres, le besoin de formation dans la production du riz, de financement des coopératives féminines et d’autres équipements pouvant leur faciliter la riziculture. Quant au deuxième site visité, le périmètre maraicher à Douna, les productrices ont souhaité un accompagnement conséquent en engrais, semences et surtout la construction des infrastructures de stockage, etc.

Le ministre Salifou Ouédraogo échange avec des producteurs autour de leurs préoccupations.

Ces bénéficiaires n’ont pas manqué également de saluer cette initiative qui, selon eux, vient à point nommé. Elle permettra de contribuer à la réduction de la pauvreté et stimuler la croissance économique dans les régions de la Boucle du Mouhoun, des Cascades, des Hauts-Bassins et du Sud-Ouest. A en croire son coordonnateur national, Salif Sié Stéphan Kambou, ce projet vise à améliorer durablement la sécurité alimentaire et les revenus des exploitations agricoles intervenant dans la production et la valorisation de produits dans les filières riz, maraichage, sésame et niébé.

La photo de famille au terme de la visite dans les Cascades

L’atteinte de ces objectifs se fera selon lui, à travers l’amélioration de la production et de la productivité agricoles ainsi que la valorisation et la commercialisation des produits. Le PAPFA touchera environ 330 000 personnes provenant de 43 000 ménages dont 50% de femmes et 30% de jeunes. Dans la mise en œuvre du projet, il est prévu entre autres la réalisation de 3 000 hectares d’aménagements de bas-fonds à vocation rizicole, la réalisation de 500 hectares de périmètres maraichers alimentés en eau par des puits, la réalisation de 15 magasins de stockage de grains (riz, niébé, sésame) de 60 tonnes, la réalisation de 75 magasins de stockage de l’oignon de dix tonnes, etc.

Romuald Dofini

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire