Cameroun: Gestion de la pandémie – Lumière sur l’utilisation des ressources


Le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie était face à la presse vendredi dernier.

Si certaines interrogations sur la gestion de la pandémie du Covid-19 et notamment celle des ressources financières et les dons reçus animaient le débat au sein de l’opinion, elles ont trouvé des réponses vendredi dernier. Au cours d’un point de presse, le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie, entouré des représentants résidents de l’Oms et de l’Unicef, a apporté un certain nombre de clarifications. « Je ne touche pas à l’argent des donateurs. Je n’ai aucun moyen de le faire même si je le voulais », a d’emblée déclaré le ministre. En effet, dans son propos liminaire, il a démontré le principe de séparation entre l’ordonnateur et le comptable. « Ce principe permet de relever que les fonctions d’ordonnateur assurées jusqu’ici par le ministère de la Santé publique à travers le secrétaire d’Etat en charge de la lutte contre les épidémies et les pandémies sont clairement distinctes de celles du comptable public qui assure le paiement des dépenses effectuées par l’ordonnateur. Le comptable en question ici est donc le Trésor public qui assure régulièrement le paiement des dépenses exécutées suivant le principe de commande publique », a-t-il ex- pliqué.

De même, afin de limiter les risques de collusion, mais aussi de garantir à la fois le respect des prix référencés dans la mercuriale et des économies à l’Etat dans le processus de contractualisation, une commission spéciale chargée de préparer et de donner un avis sur les projets de marchés et lettres de commandes spéciaux a été mise sur pied.

S’agissant des dépenses totales effectuées, la riposte sanitaire a coûté au cours des cinq derniers mois, plus de 20 milliards de F. A cause des multiples cas de Covid signalés dans plusieurs régions, des mesures fortes ont été prises pour barrer la voie à la pandémie. Ainsi jusqu’ici, les ressources financières et logistiques ont servi à construire des unités d’isolement dans les villes de Bertoua, Ngaoundéré, Garoua, Ebolowa, Mandjou, Douala, et du poste de santé aux frontières de Yaoundé-Nsimalen. Le tout pour un montant de plus d’un milliard de F.

Bien plus, elle a permis la réhabilitation, la rénovation et l’extension de certains pavillons de l’hôpital central, de l’hôpital Jamot et de l’hôpital général de Yaoundé, pour les rendre aux normes d’isolement. Le tout a coûté plus d’un milliard de F. Le Centre de prise en charge des patients du Covid-19, ancien Orca, y compris la centrale et le réseau de distribution de l’oxygène aménagés ont coûté plus de 700 millions. Dans la même lancée, les centres spécialisés des stades militaire et Mbappe Leppe, y compris l’équipement en matériel médical et mobilier hospitalier d’une valeur de plus de 800 millions ont été aménagés. Aménagement aussi des sites d’isolement des logements sociaux d’Olembe et Banga Mbakoko, y compris l’équipement en mobilier hospitalier et en matériel médical, ainsi que la réfection et l’équipement d’une formation sanitaire pour un montant de plus d’un milliard de F.

Ces ressources ont par ailleurs permis d’accroître la capacité d’accueil de moins de vingt lits au départ à 3 540 lits d’hospitalisation et de rénover les réseaux de distribution des fluides médicaux dans les formations sanitaires. Dans une séance de questions-réponses avec la presse, l’épineux problème du riz d’Orca a été soulevé. Et la réponse du ministre a été claire : « Tout comme le riz d’Orca, les autres dons en nature ont été acheminés le 1er mai vers les dix régions ». Il a toutefois rappelé à l’opinion de ne pas se laisser distraire car la pandémie sévit toujours. Pour preuve, au 24 juillet 2020, le Cameroun enregistre un cumul de cas positifs chiffré à 16 708 pour 14 539 personnes guéries et 385 décès pour un total de 30 patients sous oxygène .



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire