Angola: La ministre des Finances souligne la réduction du stock de la dette publique


Luanda — La ministre des Finances, Vera Daves, a déclaré lundi que le stock de la dette publique angolaise pourrait atteindre des valeurs inférieures de l’ordre de 66 milliards de dollars, jusqu’à la fin de cette année (2020), malgré le ratio sur le PIB fixé au-dessus de 100%.

Selon la ministre, qui s’est exprimé lors du déjeuner-conférence sur le Budget général de l’État (OGE, sigle en portugais) révisé pour 2020 et la politique économique, dans une initiative du groupe Media Rumo, les finances publiques ont enregistré des améliorations dans la gestion de la dette ces dernières années.

«Le stock de la dette en 2017 était de 82 milliards de dollars et, à la fin de 2019, les montants étaient d’environ 72 milliards de dollars», a-t-elle déclaré.

Vera Daves a rappelé que l’Angola avait optait pour la suspension de la dette, et était en train de négocier avec les principaux créanciers afin de garantir la soutenabilité de la dette et faire face à la chute des recettes fiscales.

Sur le plan extérieur, a-t-elle poursuivi, l’Angola a adhéré à l’Initiative de suspension du service de la dette du G-20 (acronyme DSSI en anglais), en cours de négociation et de formalisation.

L’exécutif, toujours dans le cadre des stratégies adoptées, a négocié directement avec son principal créancier, la Chine, ce qui a permis de réaliser d’importantes économies et de débloquer des fonds pour couvrir les dépenses sociales.

Au niveau national, la ministre des Finances a fait savoir que son département œuvrer avec les principales banques pour créer des conditions favorables afin d’assurer un taux de roulement adéquat.

La ministre a admis que la viabilité de la dette reste difficile et que la stratégie de la dette à moyen terme devrait être ajustée et adaptée au nouveau contexte.

«Notre stock de dette est en baisse et nous entendons, avec un financement responsable, continuer à suivre cette trajectoire», a garanti Vera Daves.

À titre de soutien, l’exécutif, par l’intermédiaire du ministère des Finances, a adressé à l’Assemblée nationale une proposition de loi, le diplôme de durabilité des finances publiques (LSFP), qui vise à atteindre un ensemble d’objectifs qui définissent des limites concernant l’amélioration de la gestion des finances publiques.

La proposition de loi précitée contribue à la réalisation de l’un des objectifs de gouvernance définis dans le Plan national de développement (PDN), dans le cadre du programme d’amélioration de la gestion de la trésorerie.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire