Angola: L’exécutif maintient son engagement envers la consolidation budgétaire


Luanda — La ministre des Finances, Vera Daves, a estimé, lundi, que la mise en ?uvre continue, par l’exécutif, des mesures de consolidation budgétaire était impérative, malgré le léger recul enregistré dans le contexte actuel.

Ces mesures, en cours depuis deux ans, ont favorisé le retour à une situation d’excédents budgétaires consécutifs, enregistrés en 2018 (2,2% du PIB) et en 2019 (0,8% du PIB), après quatre années successives de déficits publics.

Pour la ministre, qui a été invité au déjeuner-conférence sur le Budget général de l’État révisé 2020 (OGE, sigle en portugais), organisé par le Groupe Media Rumo, ce contexte d’excédents consécutifs est une étape cruciale pour la promotion de la dette.

Selon Vera Daves, au cours des dernières années, le niveau d’endettement a atteint des niveaux élevés de 34,5 milliards de Kz en 2019, soit 113% du PIB.

Face à cette pandémie de Covid-19 et de ses conséquences économiques, à la fin du premier trimestre, l’exécutif angolais a mis à jour les projections macroéconomiques pour 2020, définissant l’interruption momentanée du processus de consolidation budgétaire.

Selon la ministre, la stratégie de consolidation budgétaire adoptée par l’exécutif, qui vise à inverser les déficits primaires et généraux élevés enregistrés dans l’économie entre 2014 et 2017 et à atteindre la stabilité macroéconomique repose essentiellement sur trois axes principaux: l’amélioration de la qualité des dépenses, stimuler les recettes et la viabilité de la dette.

Les axes complémentaires de cette stratégie comprennent la modernisation des instruments de gestion budgétaire et la consolidation de la croissance économique, a-t-elle renchéri.

Pour cette année, a-t-elle déclaré, un déficit de 4% est prévu avec le Budget général de l’État révisé 2020, mais en maintenant l’engagement de consolidation budgétaire.

«Nous continuerons à travailler dans le cadre de la stratégie de consolidation budgétaire», a-t-elle assuré.

Pour améliorer la qualité des dépenses publiques, l’un des axes de la stratégie de consolidation budgétaire, l’exécutif mise sur plusieurs mesures, en plus de la «pédagogie et de l’inspection de routine» qui peuvent aider à la révision des marchés publics, en utilisant la technologie pour rendre le processus de «passation des marchés publics» plus efficace, transparent et sûr.

L’amélioration du programme d’investissement public, sur la base de l’analyse coût / bénéfice liée à l’efficacité, l’économie et les bonnes pratiques et l’exécution des projets, sont parmi d’autres mesures en cours.

L’analyse de la viabilité financière visant à évaluer la pérennité du projet, en termes financiers et la capacité de l’amortir dans des délais acceptables, est également incluse dans l’éventail des actions.

OGE 20 révisé

L’analyse révisée des recettes du Budget de l’Etat (OGE) 20, qui va être soumis à l’approbation ce mardi, représente moins de 15,7% de l’OGE 2020, soit 13 455,3 milliards de kwanzas, soit que 45,5% sont liés aux recettes fiscales (6 125,0 milliards de kwanzas) et 54,5% (7, 330 milliards de kwanzas) aux recettes financières.

Le poids des recettes patrimoniales est encore réduit, de l’ordre de 1,3 milliard (0,0%), facteur que la ministre des Finances souligne comme une voie à suivre compte tenu du programme de privatisation et d’optimisation des fonds d’actifs de l’État et aussi du point de vue de l’élargissement de l’assiette fiscale pour augmenter le poids de cette taxe.

Les revenus courants de cet OGE 20 révisé sont de l’ordre de 5, 288 milliards (39,2%), soit 2, 328 milliards (17,3%) provenant des revenus non pétroliers estimés et des revenus pétroliers de l’ordre de 2, 951 milliards (21,9%).

En ce qui concerne les décaissements, des recettes financières de 7,330 milliards de kwanzas (54,5% du budget révisé de l’État) sont prévues, dont 3, 262 milliards de Kz (24,2%) de décaissements extérieurs et 4, 066 milliards de décaissements internes.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire