Burkina Faso : Bientôt une nouvelle stratégie de sécurité nationale


Ce mardi 28 juillet 2020, à Ouagadougou, s’est ouvert le séminaire de finalisation de la stratégie de sécurité nationale. Cette rencontre, présidée par le ministre de la Sécurité, Ousséni Compaoré, vise à décrire de manière ingénieuse et réaliste les voies à suivre pour réaliser une nouvelle feuille de route de la sécurité nationale. Organisé grâce au soutien technique et financier du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), ce séminaire permettra à terme de produire un projet de loi pour accompagner la mise en œuvre efficace de la politique de sécurité nationale.

Le contexte national et régional a subi une mutation fondamentale marquée par une détérioration sécuritaire. Pour faire face à ce mal, le Burkina a engagé une réforme de son système sécuritaire. Ainsi, une politique nationale a été élaborée avec toutes les couches socioprofessionnelles de la Nation. Et après cette première phase, les acteurs se sont réunis ce 28 juillet 2020 pour la phase pratique de construction de la nouvelle feuille de route. Il s’agit de l’opérationnalisation de la politique nationale de sécurité.

Le présidium

Au cours de ces travaux, les différents acteurs devront donc produire un projet de loi portant organisation générale de la sécurité nationale avec les textes qui en découlent, un plan pluriannuel de mise en œuvre assortie d’un mécanisme de suivi-évaluation.

Des participants à la rencontre

En effet, la stratégie nationale est la description formelle des voies et moyens à suivre pour la mise en œuvre de la nouvelle feuille de route en matière de politique nationale de sécurité. « Cet engagement de reformer une nouvelle politique de sécurité traduit la volonté des autorités du Burkina de s’inscrire dans la mise en œuvre des objectifs du développement durable. Avec cette stratégie qui permet d’opérationnaliser la politique de sécurité nationale qui a été validée en décembre, le Burkina va mettre en place tout l’arsenal qu’il faut pour promouvoir la paix, la cohésion sociale et le vivre-ensemble. Des principes qui répondent aux valeurs cardinales des ODD », a expliqué le représentant résident du PNUD au Burkina, Mathieu Ciowela.

Le représentant résident du PNUD au Burkina, Mathieu Ciowela

Cette activité soutenue par le PNUD entre dans le cadre de son nouveau programme COSED (Cohésion sociale, sécurité et Etat de droit). A travers ce programme, le PNUD veut de façon holistique mettre en synergie les acteurs dans la promotion d’une gouvernance sécuritaire selon les principes démocratiques.

La vision stratégique de la politique de sécurité nationale est de faire du Burkina Faso, à l’horizon 2050, une nation de paisible, stable, unie et prospère. « L’élaboration de ce projet de loi ne sera pas du copier-coller parce qu’il reflètera les réalités du pays. Car il faut partir des réalités du pays, de son histoire et de sa vision de la sécurité pour pouvoir résoudre les problèmes de notre société. Ce projet de loi va apporter une nouvelle organisation de la sécurité de notre pays », a déclaré le ministre de la Sécurité, Ousséni Compaoré.

Le ministre de la Sécurité, Ousséni Compaoré

En s’engageant à mettre tout en œuvre pour renouer avec la paix à travers une nouvelle politique sécuritaire, le Burkina Faso veut atteindre les objectifs de développement durable. Le PNUD a donc réitéré sa disponibilité à accompagner le Burkina Faso dans le processus de transformation de la gouvernance sécuritaire.

I.O.

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire