Cameroun: Fécafoot – Les entraîneurs en recyclage


26 techniciens réunis depuis hier au Centre d’excellence de la CAF à Mbankomo.

Ils se sont tous retrouvés hier au centre d’excellence de la CAF à Mbankomo. Soit huit entraineurs nationaux, toutes catégories et sélections confondues, et 18 du championnat d’Elite One ont honoré le séminaire de recyclage organisé à leur intention, en prélude au démarrage de la saison sportive 2020-2021. Durant toute la semaine, les 26 entraîneurs revisiteront les notions théoriques telles que la communication de l’entraîneur, les principes de jeu, l’arbitrage, les tests d’aptitudes physiques et exploitation, le comportement de l’entraîneur : les règles d’éthique et sanctions disciplinaires, la causerie d’avant-match. Et, à chaque fois, en fin de journée, des séances pratiques sont prévues par les participants.

«C’est une bonne chose de nous retrouver entre entraîneurs, d’échanger sur les difficultés que nous pouvons rencontrer dans la pratique du métier », confie François Omam Biyick, le sélectionneur national adjoint des Lions indomptables. « Il faudrait que ce soit constant. Les entraîneurs ont besoin de se ressourcer, de revoir leurs cahiers. Il y a beaucoup de changements au niveau international et il est important que ce stage apporte un bonus de connaissances aux entraîneurs camerounais », espère Yves Clément Arroga, le sélectionneur national des Lions A’.

En pleine crise sanitaire du coronavirus, le séminaire, organisé par la Direction technique nationale de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), a également prévu des thématiques y relatives notamment la reprise des entraînements sportifs après le Covid-19 et le football en période du Covid-19. A la Fécafoot, on espère que le gouvernement assouplira les mesures édictées dans le cadre de la lutte contre la propagation de cette pandémie.

Dans son discours d’ouverture, le président de la Fecafoot, Seidou Mbombo Njoya a rappelé aux entraîneurs qu’ils sont un maillon important pour créer un beau spectacle qui fera revenir les supporters dans les gradins. « Le championnat Elite One est le premier vivier des équipes nationales. Les entraîneurs nationaux et ceux des championnats d’élites doivent travailler main dans la main. Ce qui facilitera la détection des meilleurs joueurs et participera, notre vœu le plus cher, à asseoir une identité propre au football camerounais », a exhorté le président de la Fécafoot.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire