Cameroun: Bilinguisme, diversité culturelle et cohésion sociale – Il faut appliquer la loi


La commission en charge de ce volet a notamment milité pour l’apprentissage du français et de l’anglais dès la maternelle.

La commission « Bilinguisme, diversité culturelle et cohésion sociale » aura certainement été l’une des plus suivies hier au moment de la restitution des travaux en plénière. Et pour cause, l’atelier conduit par Joshua Osih a visiblement été le lieu d’exprimer de nombreuses récriminations des citoyens des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest à l’origine de la crise actuelle. Ce qui était d’ailleurs l’objectif global afin de dégager des solutions adéquates.

De façon ramassée, la commission a plaidé pour la mise sur pied de véritables établissements bilingues, et ce dès la maternelle. Pour cela, un accent doit être mis sur la formation d’enseignants capables de manier les deux langues. L’application des sanctions pour le non-respect des règles du bilinguisme doit être effective. La traduction de tous les documents officiels et discours en anglais et en français est également un impératif. Dans ce sens, la création d’un Centre officiel en charge de la traduction est proposée. Tout comme la production d’un dictionnaire bilingue dans le contexte camerounais.

Autres propositions, des quotas pour les personnes originaires du Nord-Ouest et du Sud-Ouest lors des concours, recrutements et nominations dans les services publics. Cameroon Tribune, le quotidien national bilingue, devrait quant à lui être produit dans les deux langues dans des éditions différentes.

En ce qui concerne la diversité culturelle, la promotion des multiples identités de notre pays a été largement encouragée. Le pidgin pourrait également être inclus dans les programmes de la CRTV alors que la promotion des mariages interculturels a été encouragée. Tout comme la mise à disposition de plus de fonds pour promouvoir les cultures locales, les programmes d’échanges, etc. Avec la rotation des célébrations officielles du 20 mai à travers les régions, etc.

Toutes ces actions devraient largement aider à assurer la cohésion sociale. Surtout dans un contexte où on note la résurgence du repli identitaire et du communautarisme. Les membres de la commission ont proposé que le gouvernement oblige les compagnies pétrolières à investir dans leurs régions d’activités, appelant à une meilleure répartition des ressources. Dans ce sens, l’application de l’article 66 de la Constitution sur la déclaration des biens afin de lutter contre la corruption et le détournement de deniers publics est un élément essentiel. L’occasion a également été idoine pour appeler à faire de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme une agence opérationnelle avec des démembrements régionaux.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire