Cameroun: Dépistage de masse – A l’assaut des marchés


La caravane mobile de testing a démarré hier à Yaoundé par le marché Mokolo où les équipes se sont heurtées à l’insouciance des populations cibles.

Sous la fine pluie qui arrose la ville de Yaoundé ce mardi après-midi, Christian Ebong A Rine, communicateur de la caravane de dépistage massif courtise les commerçants au marché Mokolo. A l’aide d’un mégaphone, l’homme en combinaison blanche fait tout pour attirer l’attention du public. « Le coronavirus est une réalité. Le virus est présent dans la communauté. Vous commerçants, êtes les plus exposés. Il est important de vous faire tester », leur explique-t-il. Malgré cette invite, les bruits de machines à coudre ne s’arrêtent pas. Les achats aussi se poursuivent. Les commerçants, pour la plupart sans masques vaquent à leurs occupations. Preuve que l’équipe a du pain sur la planche. Heureusement, quelques hommes et femmes se présentent pour le dépistage. Et la machine est lancée.

Depuis les premières heures de la matinée d’hier en effet, la caravane mobile de dépistage de masse du Covid-19 s’est installée au marché Mokolo. Précisément près du bloc administratif. L’espace entouré de couturiers, de vendeurs de seaux, d’assiettes et de vivres s’est mué, le temps d’une journée, en un laboratoire. Le personnel du district de santé de la Cité verte est aux manettes. Avant les tests, l’équipe commence par la sensibilisation. Les symptômes de la maladie et les moyens de prévention sont expliqués. Une fois le décor planté, les choses sérieuses commencent. « Avant le test, nous posons quelques questions à la personne. C’est par la suite que nous effectuons deux prélèvements : un sanguin et un nasal. Pour cette caravane, nous leur donnerons les résultats le jour suivant, question d’éviter des attroupements au marché », explique Dr Lucien Mama, chef de district de santé de la Cité verte. Il est prévu un suivi à domicile des cas symptomatiques légers et ceux visiblement graves seront pris en charge dans les centres agréés.

L’opération annoncée lundi soir par le Dr Alain Georges Etoundi Mballa, directeur de la lutte contre la maladie et les pandémies au Minsanté vise à tester et à mettre sous traitement le maximum de personnes. « Il est question de nous imprégner de l’impact de la maladie au sein de la population pour savoir si les cas sont en augmentation ou en baisse. Il nous faut donc l’argument épidémiologique qui nous permet de dire qu’il y a hausse ou baisse », explique le Dr Mama.

Après le marché Mokolo hier, l’équipe d’une vingtaine de personnes va se déployer ce mercredi au marché Madagascar, avant de revenir à Mokolo. Ces caravanes vont sillonner les marchés, les gares routières, les universités, les entreprises et autres lieux à forte concentration humaine pendant un mois. Les résultats seront rendus dans un délai n’excédant pas 72 heures. Au terme de cette première sortie hier autour de 15h30, près de 100 personnes avaient été testées alors que les équipes visaient 400, dans ce marché où se retrouvent en moyenne 10 000 personnes par jour.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire