Cameroun: Tabaski 2020 – Les préparatifs s’accélèrent


À la veille de la célébration qui a lieu demain vendredi, les fidèles musulmans mettent les bouchées doubles pour les derniers réglages.

Plus que quelques heures pour célébrer l’Aid el Kebir. A Yaoundé, dans les familles, les mosquées et les marchés, l’ambiance est inhabituelle. Malgré le contexte sanitaire marqué par le Covid-19, la communauté musulmane est engagée à célébrer dignement l’événement, dans le strict respect des mesures de protection édictées par le gouvernement. Selon le sous-préfet de Yaoundé II, Mamadi Mahamat, les dispositions prises il y a quelques mois pour la fête du Ramadan seront appliquées pour restreindre les mouvements et faire la prière en toute sobriété dans les mosquées.

En attendant, l’heure est aux achats et derniers réglages. Dans les familles et les circuits traditionnels de vente de mouton, la température monte. La période coïncidant avec la fin du mois, c’est la fête dans la fête. « Les salaires sont tombés à point nommé. C’est l’occasion de faire tous mes achats sans stress pour être au complet le jour dit », assure Salihou Abakar, fidèle musulman.

Côté repas et friandises, c’est aussi la course contre la montre dans les familles. Certaines denrées comme le plantain coûtent cher. « Il faut avoir au minimum 5 000F pour un bon régime. S’il faut préparer pour la maison et les invités, cela va se faire avec beaucoup de dépenses », relève Fadimatou, ménagère. A défaut de plantain, certaines optent pour les pommes de terre dont les prix sont abordables.

La fête de la Tabaski, c’est aussi l’occasion pour se faire beau. Ça se bouscule donc chez les tailleurs. Au quartier Briqueterie à Yaoundé, ils se frottent les mains. Au milieu du crépitement de ses machines, Moussa Malam assure faire de bonnes affaires. « Je gagne en moyenne 50.000 F par jour. Comme ce sont les derniers jours, j’ai décidé de ne plus prendre de com- mandes.

Et pour celles que j’ai déjà prises, j’accélère le travail pour satisfaire tout le monde », affirme-t-il. Les musulmans attendent en toute sérénité la fête de l’Aid el Kabîr, plus grande célébration dans la religion musulmane et dont le mois marque le dernier de l’année hégirienne .



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire