Bienvenue à Bali où il y a un air de vacances, malgré le coronavirus



La célèbre île indonésienne Bali vient de rouvrir son paradis aux touristes nationaux et s’apprête, dès le 11 septembre, à accueillir les visiteurs étrangers sur fond de crainte de reprise de la pandémie.

“Une guide balinaise affirme que ses revenus ont chuté à zéro ces derniers mois alors que le tourisme, qui lui rapportait jusque-là entre 10 et 15 millions de roupies par mois [entre 580 et 870 euros], s’est complètement arrêté à cause de la pandémie de Covid-19”, rapporte le Jakarta Post.

Plus de 70 % de l’économie balinaise dépend en effet du tourisme. Mais la guide a une bonne raison de se réjouir : ce 31 juillet, l’île indonésienne a accueilli les premiers touristes nationaux qui représentaient, en 2018, 61,6 % du nombre total des visiteurs, avec un apport de 5,8 milliards d’euros pour cette même année.

“Bali a perdu environ 48,5 billions de roupies [2,8 milliards d’euros] entre mars et juillet, c’est pourquoi la réouverture est très attendue”, précise le quotidien anglophone.

Cette décision a été prise par le gouvernement après une évaluation positive de la gestion de la pandémie par les autorités balinaises. En effet, l’île n’a enregistré en cinq mois que 3 360 infections dont 48 décès.

La réouverture de Bali, un test décisif

Mais certains experts estiment que cette réouverture est prématurée étant donné le contexte national. À la date du lundi 3 août, l’Indonésie comptait officiellement 113 134 cas de Covid-19 dont 5 302 décès. Un chiffre qui peut sembler faible par rapport aux 270 millions d’habitants de l’archipel, mais qui est en progression rapide depuis un mois. De plus, la plupart des touristes nationaux qui sont arrivés à Bali dès le 31 juillet sont originaires de Jakarta et de Surabaya, les deux plus importants foyers de contamination du pays.

“Le gouverneur de Jakarta, Anies Baswedan, a déclaré que depuis que la capitale a relâché les restrictions sociales à grande échelle le 4 juin, le taux de cas positifs dans la mégalopole a doublé, passant de 5 à 10,5”, alerte le Jakarta Post.

La semaine dernière, des dizaines de nouveaux clusters ont été découverts dans les bureaux du gouvernement, de l’administration municipale et des entreprises publiques, alors que les fonctionnaires retournaient progressivement sur leur lieu de travail.

“La réouverture de Bali sera un test décisif pour l’Indonésie, qui tente d’attirer à nouveau les touristes étrangers à un moment où les pays de l’Asean se préparent eux aussi à rouvrir leurs frontières pour relancer le tourisme régional”, souligne le quotidien.

Source

Le Jakarta Post a été fondé en 1983. De langue anglaise, sa mission d’origine était de présenter l’Indonésie aux étrangers. Avec les transformations politiques et sociologiques du pays, il s’emploie aujourd’hui à “

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire