Cameroun: ARTs plastiques, danse et théâtre – Leur mot sur la loi


Le ministre Bidoung Mkpatt a reçu les coordonnateurs de ces pôles artistiques mardi dernier dans la continuité de l’appréciation du décret présidentiel du 20 juillet dernier.

Le ministère des Arts et de la Culture (Minac) est depuis le 20 juillet dernier, date de la promulgation de la loi régissant les associations culturelles par le président de la République, l’antre de nombreux artistes. Ces derniers y sont reçus par le ministre Bidoung Mkpatt, car ils tiennent à venir montrer leur reconnaissance pour ce qu’ils caractérisent comme un « acte noble ». Mardi dernier, c’était au tour des membres de trois pôles artistiques de rencontrer le patron de ce département ministériel, et de s’entretenir au sujet de la loi et de sa contribution à leur épanouissement.

Dans une ambiance empreinte de joie et de réjouissance, les coordonnateurs des pôles d’art théâtral, de danse et d’arts plastiques, à la tête d’une forte délégation ont en effet remis des motions de soutien au Minac adressées au président de la République. Car, pour tous, grâce à cette nouvelle loi, ils disent vivre un moment fort de leur vie professionnelle. « Avec cette loi, nous rentrons de plain-pied dans la professionnalisation des métiers des arts et de la culture. Les artistes et techniciens de théâtre attendent cette réforme depuis très longtemps », s’est réjoui Ambroise Mbia, coordonnateur du pôle art théâtral, conte et poésie.

Elise Mballa Meka, responsable du pôle danse, n’a pas pu cacher sa satisfaction. Elle avoir ce geste présidentiel avec « beaucoup de ferveur et de joie ». Toujours d’après l’artiste, cet acte est attendu depuis 29 ans par des artistes. « Cela fait 29 ans que nous attendons la structuration du secteur artistique en fédérations. C’est un vœu qui avait été émis par des artistes eux-mêmes lors des états généraux de 1991. Nous sommes venus remercier le président de la République d’avoir réalisé ce souhait qui était celui des artistes. Nous allons enfin nous organiser et trouver les financements », a-t-elle annoncé.

Enfin, le secteur arts plastiques a également fait comprendre que cette loi était également une bouffée d’air frais pour lui. Au nom des plasticiens et autres acteurs de ce domaine, Joseph Francis Sumegne, responsable du pôle arts plastiques est également venu dire merci de vive voix au chef de l’Etat pour tous les efforts consentis afin de rendre ce secteur artistique visible à travers cette loi. Car, d’après lui, ce couloir artistique est le parent pauvre de la culture camerounaise. « La professionnalisation de ce secteur d’art sera mise en vitrine. Ceci parce que jusqu’à présent, nous avons toujours fonctionné comme des amateurs. Les choses sont bien parties pour éclairer ce secteur », a reconnu Joseph Francis Sumegne.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire