Cameroun: Ordre national des ingénieurs de génie civil – 20 ans au service du développement


Une conférence de presse donnée hier à Yaoundé en prélude à la commémoration prévue en octobre prochain.

En prélude à la célébration du 20e anniversaire de l’Ordre national des ingénieurs de génie civil (Onigc) prévue en octobre et novembre prochains, les membres de l’association étaient face à la presse hier 5 août 2020 à Yaoundé. Il a été question d’informer le public des différentes articulations qui meubleront cet événement qui se célèbre sous le thème : l’ingénieur de génie civil au service du développement infrastructures.» C’était aussi une occasion de présenter l’Ordre et ses missions ; faire un bilan des réalisations, parler de la profession tout en présentant les défis, attentes et perspectives.

Selon le président de l’Onigc, Kisito Ngoa, les activités prévoient quatre articulations : un séminaire d’intégration qui va consister au renforcement des capacités de certains diplômés, une cérémonie de graduation couplée à une remise de diplômes et assortie d’une prestation de serment. Ensuite, il sera organisé un symposium international avec des panélistes de renom qui interviendront soit en life ou en visioconférence sur divers sujets relevant du domaine du génie civil. En dernier lieu, il est prévu une cérémonie de gala avec remise de distinctions.

Par ailleurs, l’on a indiqué que cette célébration sera également une bonne occasion de relancer les activités économiques et du BTP en berne depuis de le début de la pandémie. Lors de cet entretien, les journalistes n’ont pas manqué d’aborder un certain nombre de questions, notamment celles concernant la qualité des constructions au Cameroun, la qualité de la formation des ingénieurs, leur coût de prestations entre autres. » Concernant la qualité de formation des ingénieurs, Kisito Ngoa a rappelé que l’Ordre avait adopté un règlement obligeant les ingénieurs à des formations continues. De même des mesures sont prises pour assainir le milieu. Le président l’Ordre a indiqué que bien que le nombre d’effondrement d’immeubles est en nette régression, les propriétaires de ces bâtiments qui sont pour la plupart des chantiers privés ne font pas souvent appel au professionnalisme et à l’expertise des ingénieurs de génie civil. « Pourtant, il est important de mettre tout le dispositif nécessaire en place pour que le projet soit un succès », a conclu Kisito Ngoa.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire