Cameroun: Scandale à la Fécakada – Le rapport d’enquête est prêt


Le document sera soumis à l’examen du ministre des Sports, Narcisse Mouelle Kombi, avant d’être probablement envoyé au comité d’éthique du Comité national olympique.

Les membres de la commission d’enquête commise dans le cadre de l’affaire de mœurs à la Fédération camerounaise de karaté (Fecakada) ont bouclé leur travail. Au-delà des déclarations de la cinquantaine de personnes interrogées dans ce cadre, ils ont également examiné les éléments physiques, numériques, sonores. Toute cette collecte a fait l’objet d’un rapport avec des propositions, soumis à l’attention du ministre des Sports et de l’Education physique, Narcisse Mouelle Kombi.

« Il y a vraiment eu des problèmes de mœurs », confie une source digne de foi. Mais, au-delà de cette affaire, d’autres dysfonctionnements ont été révélés. «Le problème des équipements est ressorti. Pire, à un certain moment, on était en face de détournements de deniers publics. Comment un entraîneur fait décharger certains montants aux athlètes alors que c’était en réalité beaucoup plus qui avaient été mis à leurs dispositions. C’est sur quelle base ? On a découvert que ce sont de mauvaises pratiques, qui étaient déjà ancrées dans le fonctionnement de cette fédération », poursuit notre source. Il ressort aussi que le Cercle des ceintures noires du Centre, auteur du premier rapport ayant mis le feu aux poudres, n’a pas d’existence légale et n’est pas reconnu par la fédération. Et pourtant, l’un de ses membres influents caresse le rêve de diriger la Fécakada.

« En fonction des conclusions et en tant que garant de l’éthique dans le domaine du sport, conformément aux dispositions pertinentes de la loi du 11 juillet 2018 portant organisation et promotion des activités physique et sportives au Cameroun, nous prendrons conséquemment les mesures appropriées à l’encontre des autres éventuels cas de déviance et, d’autres pratiques intolérables parce que déshonorant la noblesse du sport et portant atteinte à l’image de notre mouvement sportif », a précisé le Minsep au cours d’un entretien à la CRTV lundi dernier.

Selon certaines indiscrétions, après le ministère des Sports et de l’Education physique, aussi bien le rapport que les procès-verbaux des témoignages de la cinquantaine de personnes auditionnées devraient être transmis pour examen à la commission éthique du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc). En attendant que toutes ces procédures aboutissent, il n’est pas exclu que des mesures conservatoires soient prises.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire