l’inquiétude gagne l’Ouganda, jusqu’ici préservé de l’épidémie



Publié le : Modifié le :

L’Ouganda n’a déclaré son premier mort du Covid-19 que très récemment, le 23 juillet. Depuis, l’épidémie semble s’amplifier dans le pays. Le dernier bilan du ministère de la Santé compte six morts pour 1 267 cas confirmés. Si les chiffres sont relativement faibles comparés à d’autres pays sur le continent comme l’Afrique du Sud, la vague qui arrive inquiète à Kampala.

À Kampala, la capitale ougandaise, la municipalité a débuté la distribution de masques dans les quartiers de la ville. Les autorités multiplient aussi les campagnes d’information pour lutter contre le coronavirus. Le président Museveni a annoncé fin juillet la levée partielle des mesures prises dans le pays, notamment la réouverture de certains commerces, la réduction des horaires du couvre-feu ou encore l’autorisation de reprise des activités des taxi-motos.

Cependant, l’épidémie semble gagner du terrain dans les quartiers et via les chauffeurs de camion. Le président Yoweri Museveni a lancé de nouveaux messages d’alerte sur Twitter. « Je vois toujours des personnes bafouer les directives mises en place, écrit-il. Ne soyez pas imprudents ».

Meetings politiques et nouvelle phase

Des instructions que son propre parti ne respecte pas toujours. Les élections générales doivent se tenir en début d’année prochaine et certains candidats organisent déjà des manifestations importantes, regroupant parfois plusieurs centaines de personnes.

De son côté, l’ambassade américaine a alerté ses ressortissants vendredi 7 août. Elle affirme que la quantité de tests disponible n’est pas suffisante. « Nous entrons désormais dans une nouvelle phase, selon elle. Kampala a beaucoup plus de cas de Covid-19 que ce qui est actuellement connu ».

► À lire aussi : Coronavirus: en Ouganda, une chaîne de solidarité en musique





rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire