Afrique: La fuite des capitaux, fléau du continent


C’est un trou sans fond, dans lequel s’engouffre chaque année des milliards de dollars . En Afrique, la fuite illicite de capitaux continue de faire très mal aux économies africaines.

Selon un rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, les flux financiers illicites sortants sont presque aussi importants que l’aide au développement plus les investissements étrangers reçus par les pays africains.

Car chaque année, les économies du continent perdraient jusqu’à 89 milliards de dollars, soit 3.7% de la production économique du continent. Un scénario qui se répète chaque année pour la période 2013-2015. Une grosse partie de cette perte provient de la fausse facturation,

La majorité de ces fuites illicites sur le continent africain, proviennent de l’export de matière premières, comme l’or, ou le diamant.

La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement estime que « le déficit de financement pour atteindre les objectifs de développement durable, estimé à 200 milliards de dollars par an, pourrait être réduit de près de moitié ».

Si celles-ci venaient à être réduites, les Nations Unies estiment que le continent africain pourrait générer assez de capitaux pour financer d’ici 2030, presque la moitié des 2 400 milliards de Dollars nécessaire à l’Afrique sub-saharienne pour financer l’adaptation et l’atténuation du changement climatique. Et dont les économies africaines auront bien besoin pour se relever au lendemain de la pandémie de COVID 19



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire