Arménie-Azerbaïdjan, un casse-tête diplomatique pour Kiev



Depuis le 27 septembre, la situation militaire entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ne cesse de se détériorer. Si Bakou compte parmi ses partenaires stratégiques, l’Ukraine hésite pourtant à choisir ouvertement son camp, par peur des conséquences.

Comme d’habitude, les deux parties se rejettent la responsabilité de la reprise des hostilités. “Vers six heures du matin [le 27 septembre], les forces militaires arméniennes, se livrant à des provocations de grande envergure, ont procédé à des tirs intenses sur les positions de l’armée azerbaïdjanaise sur toute la ligne de front et sur des zones d’habitations frontalières”, a déclaré le ministère azerbaïdjanais de la Défense. À son tour, Erevan assure que tout a commencé à cause de tirs du côté azerbaïdjanais. “Ce matin, sur toute la longueur de la ligne de démarcation, la partie azerbaïdjanaise a procédé à de violents tirs d’artillerie en prenant pour cible des civils, notamment [dans la ville de] Stepanakert”, a affirmé le ministère arménien des Affaires étrangères.

Stepanakert est la capitale de l’Artsakh, la république non reconnue [majoritairement peuplée d’Arméniens] qui a proclamé son indépendance en 1991 sur le territoire autonome azerbaïdjanais du Haut-Karabakh. Dans les faits, elle est contrôlée par l’Arménie.

Une aggravation sans précédent

Toutefois, le conflit actuel a pris des proportions que l’on n’avait plus connues depuis longtemps. L’Arménie a proclamé la mobilisation générale et l’état d’urgence dans tout le pays. Plus tard, le président de l’Azerbaïdjan, Ilham Aliev, a également proclamé l’état d’urgence. En 2016, lors du dernier affrontement important [la guerre des Quatre Jours] entre les deux belligérants, la situation n’avait pas abouti à une mobilisation, ni à des tirs sur Stepanakert.

Thomas de Vaal,

[…]

Iouri Pantchenko

Lire l’article original

Source

Le journal en ligne “Vérité ukrainienne”, a été créé en 2000 par le journaliste Guéorgui Gongadzé, assassiné au cours de la même année alors qu’il enquêtait sur la corruption au sein du pouvoir. Le titre, qui traite de sujets exclusivement nationaux

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire