Bonoua : Des opérateurs économiques dressent le bilan des pertes suite aux marches contre la candidature du président Ouattara



«Les affrontements ont eu un impact sur le commerce à Bonoua, perte en vie humaine et a fait de nombreux dégâts matériels dont près de 700 opérateurs économiques sinistrés. Les coûts s’évaluent à deux milliards de Francs Cfa de marchandises et articles divers pillés et incendiés » a révélé Paul Kacou, le président des Commerçants de la ville au cours d’une conférence de presse tenue dans l’après-midi du mercredi 31 septembre 2020, au Foyer des Jeunes de Bonoua.

M. Paul ajoutera que ces actes de vandalismes ont touché tous les secteurs cependant «grâce à la médiation menée par le Premier Ministre Hamed Bakayoko, ces évènements sont restés derrières nous », dira-t-il.Aussi, a poursuivi Paul Kacou, grâce aux élus locaux, avions-nous pu recueillir d’important dons de la part du président du Conseil Régional du sud-Comoé, le Ministre Aka Aouele et des cadres locaux »,30 millions de Francs Cfa à repartir à toute la population de Bonoua, y compris les sinistrés. Le DG du Port autonome d’Abidjan Hien Sien, fils de la région, au nombre des donateurs a offert à la population de Bonoua, 2000 sacs de riz des cartons d’huile et de la tomate.

Le bureau des sinistrés de la ville a saisi la balle au bond pour lancer un appel aux autorités ivoiriennes ainsi qu’aux organisations nationales et internationales «cette rencontre a été initiée afin de remercier nos autorités, nos donateurs et aussi, interpeller le chef de l’Etat Son Excellence Alassane Ouattara Président de la république de Côte d’Ivoire et tous les membres du gouvernement ainsi qu’aux Organisations Nationales et Internationales pour qu’ils se penchent sur la question des opérateurs économiques sinistrés.

Kouassi Adjobi Camille, l’opérateur économique qui a vu six de ses cars de transport incendiés a abondé dans le même sens. A en croire son propos, après réflexion, les uns et les autres ont compris qu’ils font du mal eux-mêmes parce que ce n’est ni à Hamed Bakayoko, ni au président de la République « Donc plus jamais ça à Bonoua ! », a- t- il lancé.

DA



newsabidjan

A lire aussi

Laisser un commentaire