Anatole Matusila dans la tourmente après sa destitution au Kongo Central



Publié le :

Destitué au cours d’une plénière de l’Assemblée provinciale du Kongo Central, Anatole Matusila, qui en était le président, refuse de reconnaitre cette décision qui est pour lui irrégulière. Il accuse le gouverneur de province Atou Matubuana, d’avoir orchestré le coup fourré contre lui.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda

Selon le député Jean-Claude Mvuemba, Anatole Matusila a été destitué mercredi au cours d’une séance à laquelle ont pris part vingt-six députés provinciaux. Les députés lui reprochent son absentéisme : « Il n’a tenu aucune séance pendant une année », explique-t-il.

« D’ailleurs même mercredi, il était absent de la salle bien que présent dans la ville de Matadi », ajoute le député provincial. Ce jour-là, il avait même ordonné la fermeture des portes de la salle. C’est la questeur Loriane Nzolani qui s’est chargé de faire sauter les verrous.

Les suites de l’affaire de la sextape ?

Pour les députés de l’assemblée provinciale, la page est aujourd’hui tournée et l’on parle déjà du renouvellement dans quelques jours du bureau.

Dans le camp de Matusila, le secrétaire général de son parti l’ABACO parle d’une crise socio-politique qui remonte à cette affaire de la sextape. Il reproche au gouverneur une vengeance. Le gouverneur qui avait été destitué par la même assemblée provinciale pour avoir été à l’origine de la diffusion de cette vidéo. Si Anatole Matusila ne s’est pas rendu à l’ouverture de la session, c’est qu’il se sentait menacé, selon lui.

« Cette querelle va trop loin, déclare pour sa part Antoine Gonda, un ancien ministre des Affaires étrangères. Les institutions de la province du Kongo central ne fonctionnement plus aujourd’hui, ce qui nous empêche de nous développer ».



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire