Cameroun: Candidatures – Le Conseil électoral a tranché


Cet organe d’Elections Cameroon a publié vendredi, les listes validées pour les élections régionales du 6 décembre prochain.

On l’attendait le 7 octobre, délai de rigueur. Le Conseil électoral d’Elections Cameroon s’est prononcé vendredi dernier, cinq jours avant la date butoir. L’organe aura été diligent dans l’examen des dossiers de candidatures aux élections régionales du 6 décembre prochain. Il aura fallu cinq jours à l’organe dirigé par Enow Abrams Egbe pour valider 106 listes présentées par 16 partis politiques, et 111 listes des représentants du commandement traditionnel. De même, onze listes des délégués départementaux, sous la bannière de quatre partis politiques ont été rejetées, ainsi que neuf listes présentées par les chefs traditionnels.

Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) se taille la part du lion. Sans surprise, le parti du flambeau ardent présente des listes dans les 58 circonscriptions électorales. D’ailleurs, dans plusieurs régions comme le Sud, le Sud-Ouest, le Nord-Ouest et trois des quatre circonscriptions électorales de l’Est, le Rdpc fait cavalier seul. Il est talonné par l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp), avec onze listes. C’est cette formation politique qui tentera de challenger le Rdpc dans certaines circonscriptions des régions comme l’Adamaoua, l’Est, l’Extrême-Nord et le Nord. Le Parti camerounais pour la Réconciliation nationale (Pcrn) occupe le 3e rang, avec sept listes. Le Pcrn est, entre autres, en compétition dans le Nyong-et-Kellé, la Mefou-et-Afamba, le Mfoundi (région du Centre), la Sanaga-Maritime (région du Littoral), le Mbéré (Adamaoua) et le Noun (Ouest). Trois formations politiques ont présenté chacune trois listes. Il s’agit du Front pour le Salut national du Cameroun, le Peuple uni pour la Rénovation sociale, le Front des démocrates camerounais. Quant à l’Union démocratique du Cameroun et l’Union des populations du Cameroun, elles ont chacune deux listes. Pour les six autres formations politiques en compétition (MDR, Ums, Pal, Rpd, Mldc et Rndd), elles sont présentes dans une seule circonscription électorale, chacune.

Zones chaudes

Le difficile consensus dans les rangs des chefs traditionnels augure des empoignades, notamment dans certaines circonscriptions de la région du Centre. En effet, dans le Nyong-et-Kellé, l’on a sept listes en compétition dans la catégorie des représentants du commandement traditionnel. La Mefou-et-Afamba et le Nyong-et-Mfoumou sont également des points chauds du 6 décembre prochain, avec cinq listes engagées. Avec leurs quatre listes, le Logone-et-Chari dans l’Extrême-Nord, le Nyong-et-So’o, le Mbam-et-Kim, la Haute-Sanaga (région du Centre), la Sanaga-Maritime (région du Littoral) seront également des zones de grande attention. L’on pourrait également s’intéresser au département de la Mvila, région du Sud, où le commandement traditionnel s’affrontera à travers trois listes.

Pour ce qui est des formations politiques, les élections s’annoncent intenses dans la Lékié entre le Fdc, le Rdpc, le Pal et le Rpd. Configuration similaire dans le Nyong-et-Kellé où on aura le Purs, le Pcrn, le Rdpc et l’Upc ; et la Sanaga-Maritime avec le Mldc, le Pcrn, le Rdpc et l’Upc. Le département du Diamaré dans l’Extrême-Nord offre également une belle affiche avec le Fsnc, le Rdpc et l’Undp. Même configuration dans la Bénoué, région du Nord, où ces trois partis politiques vont s’affronter. La curiosité vient du Noun dans la région de l’Ouest, avec la présence du Pcrn qui ne compte aucun conseiller municipal dans ce département, aux côtés de l’Udc et du Rdpc.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire