Afro-Club, le hit des platines avec Oudy 1er, MPR et Stanley Enow – RFI Musique


L’artiste camerounais Stanley Enow.

© Life Côte d’Ivoire

Voici les sorties musicales qui font l’actualité dans l’Afro-Club, le hit des platines cette semaine avec Oudy 1er, Elow’n, Burna Boy & Stormzy, MPR, Stanley Enow, Tekno, enfin Töme & Sean Kingston.

À Conakry, On danse avec Oudy 1er
Alors on ne va pas vous faire un dessin : Oudy 1er vient de mettre en ligne un clip dans lequel on danse. Celui que l’on appelle désormais le Président des Indiens est de retour quelques mois après sa collaboration avec l’artiste congolais et sociétaire du groupe Extra Musica, le légendaire Roga Roga. Les deux artistes ont fustigé les Histoires des Réseaux sociaux qui ne sont que des rumeurs. Désormais, avec On danse, il signe son retour solo après une année compliquée en raison du Coronavirus. Oudy 1er qui a grandi entre la France, la Côte d’Ivoire et la Guinée, est un des héritiers et fervents défenseurs du coupé-décalé originel de Douk Saga. Ousmane Ziakiou Deen Camara à l’état civil, dit Oudy 1er, a une formation de juriste et il a été mannequin et DJ, créateur du concept Tchoumakaya.

Abidjan vibre Doucement Oh!! au rythme de la chanson du rappeur Elow’n
Membre fondateur du groupe de rap ivoirien Kiff No Beat, Elown s’est lancé dans un projet solo. Depuis le début de l’année, il nous abreuve régulièrement de nouvelles sorties. Doucement Oh!! est déjà sa quatrième réalisation après Demain Yapa Cours, Moon et C’est l’enfant de qui. Cette fois, il s’engage contre les violences conjugales, spécifiquement celles faites aux femmes. N’wole Brice de son vrai nom est né un 10 octobre 1990 à Issia dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. Grâce à son père instituteur, il passe son enfance à voyager à travers le pays, ce qui aura pour résultat de forger sa culture générale. Il a récemment participé à l’EP Trilogie de Serge Beynaud au côté de son acolyte Didi B sur le titre qui a fait danser durant toutes les vacances Mundala.

Burna Boy et Stormzy dépeignent une certaine réalité des Africains de la diaspora anglaise dans Real Life
Le 5e album de Burna Boy intitulé Twice As Tall produit en partie par le producteur américain Diddy a été salué par la critique. Un bel accueil confirmé par l’arrivée en ligne de sa collaboration avec le rappeur britannique d’origine ghanéenne Stormzy. Ensemble, ils chantent Real Life qui est le récit de la complexité et des désavantages que vivent les jeunes Noirs en Grande-Bretagne. Les deux chanteurs évoquent la fragilité entre la vie et la mort, mais expliquent aussi comment les taux de criminalité et autres chiffres rapportés par les médias peuvent affecter les personnes qui vivent dans les quartiers concernés. Le clip réalisé par Meji Aladi, accompagne une autre actualité, celle de la bande dessinée de Burna Boy intitulé The Secret Flame. Le livre, raconté par son grand-père Benson Idonije, suit Burna Boy à travers un voyage spirituel de découverte de soi tout en mettant l’accent sur les moments qui l’ont amené là où il est aujourd’hui.

En RDC, le groupe MPR nous ramène à l’époque du Zaïre et de son président Mobutu avec Semeki
Le duo MPR amène son art à un niveau supérieur. Zozo et Yuma, qui composent le duo congolais à succès, n’hésitent pas à mélanger le rap à la rumba congolaise depuis le succès de leur titre Lobela Ye Français. Et contrairement à ce qu’indique le titre, ils ont fait du lingala leur marque de fabrique, s’interdisant justement de rapper en français afin que leur message touche un plus large public. C’est dans le Zaïre des années 1970 que MPR s’installe pour Semeki. Le style vestimentaire est parfaitement adapté à la musique zaïroise et les faits de société sont au centre de leurs revendications. MPR se veut être dans l’esprit éducatif plutôt que festif. Mission accomplie. « Semeki » signifie « beau-frère » ou « belle-sœur » en lingala. Ce morceau parle des hommes et des femmes qui changent de partenaire constamment. MPR s’interroge alors sur le projet qui anime cette versatilité régulière et sur le nombre de fois qu’ils vont se faire appeler beau-frère ou belle-sœur. « Tu es sortie avec un musicien, un homme d’affaires, un professeur, aujourd’hui tu es aux bras d’un politicien. Combien de fois va-t-on t’appeler  »belle-sœur » tantine ?« , peut-on écouter dans cette chanson. 

Au Cameroun, la montre est de rigueur, car Tu vas lire l’heure avec Stanley Enow
Le rappeur camerounais est de retour avec un titre inédit près d’un an après la sortie de son album Stanley VS Enow dans lequel il y avait le remix panafricain de son hit My Way avec le chanteur tanzanien Diamond Platnumz et la star ivoirienne Ariel Sheney. Tu vas lire l’heure sonne véritablement comme un retour aux sources pour Stanley Enow qui avait quelque peu délaissé le rap pour se consacrer aux prouesses vocales pop africaine, beaucoup plus vendeuse. Bien que son album Stanley VS Enow soit sorti le 22 novembre 2019, Stanley Enow n’a pas chômé. Il était en concert au Canal Olympia de Douala le 11 février 2020 et a continué à assurer la promo de son album malgré les complications liées au Covid-19. Les fans de la première heure retrouvent dans Tu vas lire l’heure, l’esprit du premier succès de Stanley Enow Hein Père. Espérons qu’il rencontrera également le même succès. Welcome Back Stanley !

Au Canada, la chanteuse nigériane Töme invite le Jamaïcain Sean Kingston sur son titre reggae I Pray
Si vous suivez l’Afro-Club régulièrement, vous savez sûrement découvert Töme dans l’édition du mois d’avril dernier. La chanteuse nigériano-canadienne née à Montréal nous avait touchés avec son titre engagé Free. La cause féminine est sa bataille, car Töme souhaite que les femmes soient plus indépendantes et gagnent en confiance. Un état d’esprit que l’on retrouve dans la plupart de ses textes. Dans son nouveau titre I Pray, la chanteuse s’adresse à Dieu et lui demande de guider son esprit à travers la vallée de l’ombre et de la mort alors qu’elle fait face à des tribulations et des ennemis qui lui veulent du mal. Sean Kingston n’est pas de trop pour l’aider à parvenir à s’en sortir. I Pray est donc une histoire de désespoir qui démontre comment des miracles peuvent se produire au milieu de circonstances sans précédent. Dans la foulée Töme a sorti une version francophone Je prie. À noter que le clip a été tourné à Toronto sans la présence de Sean Kingston, bloqué à Miami en raison des restrictions de déplacement liées au coronavirus.

Au Nigéria, le chanteur afropop Tekno a dévoilé le clip explicite de PuTTin
Alhaji Tekno vient de surprendre tout le monde avec la sortie de la vidéo de son dernier titre PuTTin. Il faut dire que l’artiste n’a pas fait dans la dentelle pour cette chanson dans laquelle des femmes légèrement vêtues se déhanchent sur la mélodie du beatmaker Spax. Vous l’aurez compris, pas de demi-mesure, le thème de la chanson (et les images) est sexuellement suggestif. Avertissement parental obligatoire. PuTTin fait suite à Sudden et Kata qui sont sortis en avril dernier. L’année dernière déjà Tekno avait été vivement critiqué après la diffusion d’une vidéo sur internet dans laquelle il dansait avec des femmes à moitié nues dans une camionnette transparente à Lagos. Une vidéo jugée scandaleuse qui a poussé la police locale à ouvrir une enquête pour atteinte à la pudeur. Tekno avait alors été arrêté et gardé à vue 48h, puis une caution lui a été demandée et des excuses publiques présentées. C’est peut-être pour cette raison qu’il est allé tourner PuTTin dans la forêt à l’abri des regards indiscrets.

Tous les titres de cette sélection sont à écouter dans la playlist de DJ Face Maker sur Deezer et à regarder sur YouTube avec RFI Musique.



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire