Algérie: « Rentrée culturelle », une rupture avec le gel des activités


Alger — La manifestation « La rentrée culturelle », tenue dans toutes les villes du pays depuis le 26 septembre, aura été l’occasion de marquer une rupture avec la suspension des activités culturelles, en vigueur depuis mars dernier dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, avec un programme axée sur les rencontres, conférences et expositions en excluant les arts du spectacle et les activités destinées au grand public.

Dans la capitale cette manifestation a vu la tenue de nombreuses rencontres sur des thèmes comme la production du théâtre depuis 1962, différents créneaux littéraires, la philosophie, ou encore l’écriture de l’histoire à la bibliothèque nationale en plus d’expositions d’arts plastiques.

Les jeunes auteurs et poètes étaient à l’honneur de cette programmation au même titre que les conteurs professionnels et les animateurs de cafés-littéraires et clubs de lecture qui ont tenu une rencontre avec la ministre de la Culture et des Arts.

L’événement a également intégré un hommage à l’écrivain Mohamed Dib à l’occasion du centenaire de sa naissance par une conférence dédiée à son parcours et une exposition de ses oeuvres.

Absence du public et des arts du spectacle

Mis à part les cérémonies officielles d’ouverture et de clôture, cette manifestation ne compte aucun spectacle musical, de représentation de théâtre ni de projection cinématographique, des créneaux à l’arrêt depuis plus de six mois et qui intéressent particulièrement un plus large public.

De nombreux observateurs et acteurs de la scène culturelle algérienne s’interrogent sur la part, « quasi inexistante », accordée aux arts du spectacle qui restent un facteur important pour assurer une grande affluence du public.

Les activités programmées au niveau de la bibliothèque nationale s’adressaient en réalité à un public restreint d’initiés alors que les trois expositions ne drainent qu’un nombre très modeste de visiteurs par manque de promotion. Cette programmation a également souffert de nombreux changements et annulations exception faite du programme de conférences du théâtre national algérien et des théâtres régionaux.

Les musées, galeries d’art et bibliothèques de lecture publique restent pour le moment les seuls espaces autorisés à ouvrir en adoptant un protocole sanitaire strict.

La manifestation « La rentrée culturelle » prend fin mercredi après une cérémonie de clôture prévue au palais de la culture Moufdi-Zakaria.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire