Aux grands maux, les grands moyens ! (Par Oumou Wane)


À l’heure actuelle, l’impact de la Covid-19 sur l’économie sénégalaise semble assez catastrophique. Selon le président lui-même, notre taux de croissance du PIB, initialement projeté à 6,8% pour 2020, pourrait chuter en dessous de 1% cette année. Mais Macky Sall est étonnamment optimiste. Concernant la situation économique, toujours selon ses propos ce 29 septembre 2020, le Sénégal devrait retrouver le chemin de la croissance dès 2021 avec un bond de l’économie de 5,2 %, puis 7,2 % en 2022.

Le taux de croissance pourrait, pour la première fois de l’histoire du pays, passer à deux chiffres en 2023, à 13,7 %. Ceci grâce à l’effet cumulé du plan de relance économique actuellement mis en place et de la mise en production des importants projets pétro-gaziers offshore.

Dans une crise de santé publique comme celle que nous traversons, il y a deux réactions possibles : la parole ou l’action.

La parole politique, tout comme le discours médiatique ambiant, non contents de miner la confiance des sénégalais en multipliant les communications anxiogènes, nous entrainent de la perte de confiance à la peur, qui comme chacun le sait est très mauvaise conseillère.

L’action de notre président est au contraire offensive et prospective. Il ne ménage pas ses efforts pour la relance de l’économie du pays, en mettant sur pied un plan de 26 milliards de dollars pour contrer les effets de la pandémie de coronavirus au Sénégal. 

On l’attendait depuis des mois et il ne déçoit pas. Ce plan, inspiré par une logique économique rigoureuse et non par des considérations politiques est une réponse forte et même si le virus circule toujours, il est temps que le pays se tourne à nouveau vers l’avenir.

Les moyens consacrés par le Gouvernement et le secteur privé dans ce plan de relance sont conséquents et se veulent à la hauteur des enjeux de notre développement. 26 milliards $ d’investissements pour relancer l’économie. L’agriculture, la santé, l’éducation… Accélérer la souveraineté alimentaire, la souveraineté sanitaire et pharmaceutique, l’industrialisation de l’économie, la transformation digitale de l’économie…

À cela s’ajoutera la poursuite des grands projets infrastructurels du pays, et un renforcement des investissements dans les secteurs de l’industrie hôtelière, du tourisme et du logement.  

Ce vaste programme d’investissement est de bon augure et nous redonne espoir pour retrouver la compétitivité, dans la cohésion sociale et territoriale. C’est un fort concours attendu des entreprises. Maintenant, les professionnels doivent jouer le jeu, prendre des jeunes sous leurs ailes, recruter des personnels qualifiés.

L’Etat doit cependant payer les entrepreneurs pour faire repartir l’investissement et l’espoir. Les portes des magasins doivent s’ouvrir large en guise de bienvenue et dans le respect des règles sanitaires, les habitants doivent faire leur marché, notre pays attirer les touristes, pour ne pas que s’aggravent les souffrances humaines déjà causées par la crise.

Notre Etat est pleinement mobilisé pour faire face et protéger le pays des conséquences économiques et sociales de la crise de la Covid-19. Ceci pour nous permettre à tous de retrouver la croissance et la joie de vivre.

Pour le président Macky Sall « le moment est opportun pour passer de la défense à l’attaque pour retrouver une stratégie inclusive et participative ». Je ne doute pas qu’il veillera à ce que la dépense publique des 26 milliards du plan se fasse avec talent. Faisons lui confiance !
 
Oumou Wane



Dakaractu

A lire aussi

Laisser un commentaire