Cameroun: Camair-Co – Ca redécolle lundi prochain


La compagnie aérienne l’a annoncé à la presse ce mercredi 7 octobre à Douala.

Ce lundi 12 octobre 2020, la compagnie nationale de transport aérien Camair-Co reprend ses vols. Annonce en a été faite à Douala mercredi 7 octobre, par des responsables de l’entreprise, lors d’une opération de communication organisée dans la perspective de cette relance. A la manœuvre pour ce redécollage, un avion, Boeing 737 d’une capacité de 144 places, loué en Ukraine – avec tout son équipage – et visible depuis quelques jours sur le tarmac de la Base aérienne 201 à Bonapriso-Douala. Visible comme le sont aussi deux autres Boeing de la Camair-Co, garés dans la même zone de la base.

« Nous allons reprendre l’activité lundi prochain avec un avion de location », a confirmé aux médias le commandant Alexandre Fochivé, directeur des opérations aériennes à Camair-Co. « Nos avions que vous voyez au sol n’ont pas de problèmes, ils ont juste besoin d’être envoyés en révision », a-t-il ajouté.

A la question de savoir si la compagnie repart vraiment d’un bon pied, s’agissant notamment de la relation clients, le commandant Fochivé se veut rassurant : « Nous avons appris des erreurs passées (… ) Des mesures correctives ont été apportées », indique-t-il. Et d’annoncer pour « bientôt », de « nouvelles acquisitions ». Plus précisément, « de nouveaux avions qui vont arriver », et ce « d’ici quelques mois ». Et qui s’ajouteront aux appareils sus-évoqués, promis à la révision.

Au final, si la Camair-Co relance ses activités lundi prochain avec un avion, le chronogramme de travail mis en place par la compagnie prévoit la réception d’un autre aéronef après 30 jours, un troisième après 60 jours, « ainsi de suite, jusqu’à ce qu’on ait toute la flotte disponible », a encore déclaré le commandant Fochivé.

Au siège de la Camair-Co à Bonanjo, Martin Madiba Ebongue, directeur commercial et marketing va donner d’autres précisions : « Il ne s’agit pas de reprendre avec l’international immédiatement. Les instructions données sont claires, il est question de reprendre d’abord avec les vols domestiques », va-t-il confier à la presse. Avant de se montrer plutôt optimiste pour la suite, vu la taille du marché : « Le marché national est potentiellement important, de plus de 350 mille passagers par an. On peut opérer sur ce marché de manière optimale si le modèle économique est réajusté comme c’est le cas en ce moment, au regard des dispositions que le gouvernement est en train de prendre », a indiqué M. Madiba Ebongue.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire