Cameroun: Bafoussam – Près d’une centaine d’habitations inondées


Les zones marécageuses, les domiciles situés à proximité des drains et en aval des montagnes, ont subi le contrecoup des fortes averses du jeudi 08 octobre 2020.

Maisons inondées, rigoles bondées de nombreux déchets entraînés par le torrent, ouvrages d’art emportés, routes bitumées devenues boueuses, voitures emportées par des coulées de boue… Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur Bafoussam jeudi dernier, ont entraîné des inondations et d’énormes dégâts matériels. Après le passage de cette pluie orageuse, il était difficile d’effectuer le trajet entre Bafoussam et Foumbot. Le pont Fantchuet situé en aval de la zone industrielle de Bamendzi étant submergé par les eaux. Les efforts conséquents ont été rapidement déployés par les équipes techniques de la délégation régionale des Travaux publics de l’Ouest, pour rendre cette route opérationnelle.

Dans les quartiers, il faudra plus de temps pour réhabiliter les autres ouvrages d’art détériorés ou emportés par le torrent. C’est le cas du pont de Gouache, qui a été entraîné par le passage dévastateur d’un violent torrent ayant déraciné sur son passage, quelques palmiers. Deux autres ponts construits en matériaux définitifs ont été démolis par les coulées d’eaux boueuses. Faute de drain, c’est sur la route et dans les domiciles que les écoulements d’eau se sont poursuivis. Au total, près d’une centaine d’habitations inondées ont été dénombrées par les équipes techniques communales.

Même certains établissements scolaires publics à l’instar du Lycée bilingue de Gouache, l’école publique de Banengo, et des établissements touristiques à l’instar de l’hôtel Bantu en chantier, se sont retrouvés engloutis par les eaux. Les quartiers Gouache, Tocket, Kouogouo, Banengo, Bamendzi, Tamdja et les maisons situées en aval des zones inclinées ont été les plus inondés selon Paul Foka, délégué départemental du ministère de l’Habitat et du Développement urbain de la Mifi. Rien qu’au quartier Kouogouo, le long de cette zone marécageuse où certaines habitations sont construites sur le drain, plus d’une cinquantaine de maisons se sont retrouvées sous les eaux. La principale cause de ces inondations selon Roger Tafam, le maire de la ville, c’est l’incivisme des populations qui sont dans les zones marécageuses interdites et sur les drains. Ce dernier a fait le tour des zones sinistrées vendredi dernier.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire