À la Une: on a voté dans le calme en Guinée



Publié le :

Plus de 5 millions d’électeurs guinéens étaient appelés aux urnes dimanche pour choisir leur président. Hormis quelques incidents mineurs, le vote s’est déroulé dans le calme.

Alors qui va l’emporter ? Il y a certes douze candidats mais cette présidentielle peut se résumer à un duel entre le président sortant Alpha Condé et son principal opposant, Cellou Dalein Diallo.

Et la crispation est palpable entre les deux camps, comme le montre le début de ce reportage de l’envoyé spécial du Monde Afrique : « De part et d’autre de la voie rapide qui partage en deux la presqu’île de Conakry, Mamadi Sylla et Alhassane Diallo font le même pronostic. Leur candidat va gagner l’élection présidentielle dès le premier tour (…). Sinon… si la Commission électorale nationale indépendante, la Céni, annonçait l’inverse, sous quelques jours, ça pourrait bien tourner au grabuge dans les rues de la capitale. Le problème, relève Le Monde Afrique, est que ces deux jeunes hommes ne soutiennent pas le même champion. Alors nécessairement, il y aura de la déception chez l’un ou l’autre. »

Et les tensions sont bien présentes : l’opposant Cellou Dalein Diallo s’affiche déjà dans la posture du vainqueur

« Cellou Dalein Diallo accuse le RPG (le parti présidentiel) d’élaborer une stratégie de tricherie », pointe le site d’information guinéen Aminata. « « La stratégie qui est en train d’être élaborée (par le camp d’en face), c’est comment tricher. Parce qu’Alpha Condé ne veut pas renoncer à son désir de s’octroyer  une présidence à vie », a déclaré Cellou Dalein Diallo. À cette occasion, relève le site guinéen, il a ajouté que ses électeurs et lui-même résisteraient à la fraude. »

D’ores et déjà, l’opposition ne reconnaîtra pas les résultats de la Haute-Guinée, affirme pour sa part Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG. Des propos rapportés par le site Guinée Matin : « Nous constatons avec beaucoup d’amertume des bourrages d’urnes dans la région de la Haute-Guinée. Et nous avons des vidéos qui montrent qu’une seule personne a pu voter pour 10 à 20 électeurs, au vu et su de tout le monde. Ils ont constaté en effet que le taux d’abstention était très élevé dans cette région, parce que la majeure partie des électeurs ne veulent pas voter pour Alpha Condé. » 

À signaler que ce site, Guinée Matin, a été suspendu pour un mois par la Haute autorité de la communication. C’est du moins ce qu’annonce Ledjely, autre site d’information guinéen : « L’organe de régulation des médias en Guinée reproche à Guinée Matin la diffusion en direct des opérations de dépouillement dans certains bureaux de vote se trouvant à l’intérieur du pays. » Le site était toujours actif ce lundi matin.

En tout cas, « attention au triomphalisme hâtif de certains militants mal informés », s’exclame de son côté AfricaGuinée : « Alors que les Guinéens retiennent leur souffle en attendant la proclamation des résultats par la Commission électorale nationale indépendante, la seule institution légale habilitée à le faire, certains fauteurs de troubles crient déjà victoire. Ils occupent certaines rues et croient naïvement à la victoire de leur « candidat ». Comment des résultats d’un ou de quelques bureaux de vote peuvent donner une tendance fiable ? Un seul quartier, une seule zone peut-elle élire un président de la République ? Il faut être atteint d’une cécité intellectuelle pour croire à de telles balivernes. »

« En réalité, analyse pour sa part L’Observateur Paalga au Burkina voisin, le plus important dans ce scrutin, malgré le calme relatif dans lequel il s’est déroulé, n’était pas la journée électorale d’hier en elle-même mais les jours d’après. On se doute bien qu’Alpha Condé, jadis opposant historique (…), qui veut maintenant faire pousser des racines sous le fauteuil présidentiel, ne s’est pas donné tant de peine, en tripatouillant la loi fondamentale (…), pour s’arrêter en si bon chemin. »

Enfin, on revient au Monde Afrique qui constate que « dans l’entourage présidentiel, on se montre serein. « Ce scrutin est plus apaisé, confie un conseiller (du président Alpha Condé), le pire est derrière nous. Croisons les doigts ». »



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire