Au Koweït, le vaccin contre la grippe réservé aux nationaux



“Il n’y a aucune discrimination”, assure le ministère de la Santé koweïtien. Sa décision de réserver la vaccination antigrippale aux ressortissants nationaux, à l’exclusion des étrangers, suscite pourtant la polémique.
 

“Le vaccin [contre la grippe] actuellement réservé aux nationaux”, titrait le quotidien koweïtien Al-Jarida le 17 octobre en citant le ministère de la Santé. “Dans les centres de santé préventive dédiés […], l’accueil sera pour l’instant réservé aux Koweïtiens.” Or ceux-ci ne représentent qu’environ un tiers d’une population globale de 4,3 millions. Les deux autres tiers sont des résidents étrangers, dont beaucoup de travailleurs pauvres, en immense majorité originaires d’Asie.

“Il n’y a là-dedans aucun racisme, ni de discrimination”, affirme contre toute évidence le ministère, repris en titre par Al-Raï, autre grand quotidien du pays. Il s’agit “simplement d’une question d’organisation”, et les résidents étrangers pourront accéder aux vaccins antigrippaux “ultérieurement”.

“Alors que les autorités luttent contre la propagation du coronavirus, cette question déclenche une vaste polémique”, rapporte pour sa part Al-Qabas :

Selon les uns, tous les pays feraient la même chose. Mais les autres disent qu’on ne peut pas diviser les humains alors qu’on se targue d’être un pays aux valeurs humanistes. […] En plus, cela n’est pas dans l’intérêt général. Le but de la vaccination est de protéger les personnes âgées, les femmes enceintes, les enfants et ceux qui ont des problèmes respiratoires. Et il y en a beaucoup parmi les résidents étrangers. La santé doit être garantie pour tous, sans distinction.”

De son côté, le ministère explique cette décision “par le nombre limité de vaccins disponibles”, avec seulement 80 000 doses, toujours selon Al-Qabas.

“Les autorités cherchent à augmenter leur nombre pour atteindre 400 000”, précise le journal émirati Gulf News, qui cite un médecin koweïtien : “Cela reste limité, et on devrait en réalité cibler les personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques.”





A lire aussi

Laisser un commentaire