Anne Sander : « La priorité de la future PAC doit être de simplifier la vie des agriculteurs »



Publié le 20 oct. 2020 à 17:13Mis à jour le 20 oct. 2020 à 17:42

La future PAC introduit une plus grande souplesse envers les Etats dans le versement des aides directes. Cela sera-t-il source d’efficacité ?

Il est trop tôt pour en juger. La grande priorité doit être de simplifier la vie des agriculteurs. C’est la base de tout et le Parlement européen y pousse beaucoup. Il faut arrêter de superposer les contrôles et mettre en place des mesures comme le droit à l’erreur et l’audit unique. Mais nous devons être vigilants car le coeur de la proposition de la Commission européenne est clairement de renationaliser la PAC pour se simplifier la vie. Il est normal et souhaitable de donner de la souplesse pour tenir compte des situations particulières des territoires . Mais attention, il faut conserver un cadre européen fort pour préserver une concurrence équilibrée. C’est tout le travail que nous menons au Parlement, pour remettre du caractère européen commun, sur les mesures écologiques – les fameux éco-régimes – ou le plafonnement des aides notamment. La Commission veut lier l’éligibilité des aides à des contrôles de performance. Nous ne sommes pas contre la performance, mais là aussi attention, il ne faut pas abandonner pour autant les règles de conformité, essentielles pour lutter contre les détournements et la corruption.



A lire aussi

Laisser un commentaire