Algérie: Alger – Les factures gaz/électricité impayées ont dépassé 18 milliards de DA à fin juin 2020


Alger — Les créances de la région de distribution d’Alger (RDA) relevant de la Société Algérienne de Distribution de l’Electricité et du Gaz (SADEG) auprès de ses clients se sont élevées à plus de 18 milliards de DA à fin juin 2020, une hausse record induite par la pandémie de coronavirus, a indiqué lundi l’entreprise dans un communiqué.

« En cette période exceptionnelle (crise sanitaire Ndlr) et dans un élan de solidarité indéfectible avec sa clientèle, la SADEG a procédé à la suspension des coupures pour factures impayées, ce qui a augmenté considérablement le niveau des créances détenues auprès de ses abonnés, aussi bien privés que publics », souligne la même source.

« Ces difficultés financières, nées de cette situation, affectent d’une part, la trésorerie de la Région qui œuvre à la pérennité des revenus sur toute la chaine des intervenants dans ses métiers et, d’autre part, freinent la concrétisation des différents projets inscrits dans les plans de développement des activités, des réseaux électriques et gaziers, ainsi que des diverses prestations proposées à sa clientèle », explique la SADEG.

Ainsi, à l’effet de garantir la pérennité du service public auquel est tenue la société et éviter à ses clients l’accumulation de leurs factures, la SADEG / Région de Distribution d’Alger compte sur le sens de responsabilité et de citoyenneté de sa clientèle et l’invite à s’acquitter de ses créances à travers les différents modes et formules de paiement proposés.

Elle a, dans ce cadre, expliqué que le paiement peut être effectué à travers les bureaux de poste, le paiement au niveau des 37 agences commerciales sur le territoire de la wilaya, en espèces et chèque ou par carte CIB à l’aide des TPE, le paiement par domiciliation CCP et le paiement électronique « e-paiement » à travers le site web de la société www.sadeg.dz.

Les clients peuvent aussi se rapprocher des agences commerciales, en vue d’obtenir des calendriers de paiement qui seront négociés et arrêtés en fonction du nombre de factures, du montant des créances et de leur niveau de solvabilité, souligne la société.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire