Burkina Faso: Formation professionnelle – Rentrée académique pour les centres du Sud-Ouest


Les centres publics et privés de formation professionnelle de la région du Sud-Ouest ont effectué, pour la première fois, leur rentrée académique 2020-2021, le mardi 27 octobre 2020 à Gaoua. Cette cérémonie vise à donner plus de visibilité aux activités de ces structures qui œuvrent dans la promotion de l’auto-emploi dans la région.

Pour la première fois de leur histoire, les centres publics et privés de formation professionnelle de la région du Sud-Ouest effectuent une rentrée académique. L’activité qui vise à donner plus de visibilité à ces structures de formation a eu lieu, le mardi 27 octobre 2020, à Gaoua.

Le gouverneur du Sud-Ouest, Emmanuel Zongo a indiqué que la question de l’employabilité des jeunes est une préoccupation prise à bras-le-corps par le gouvernement qui entend faire des réformes nécessaires pour réorienter les formations aux métiers.

« L’employabilité ne saurait connaître une solution durable que s’il y a des centres de formations de qualité, de la formation professionnelle qualifiante afin d’avoir des jeunes qui savent quoi faire », a fait comprendre Emmanuel Zongo.

Le directeur général de l’Agence nationale de la formation professionnelle (ANFP), Brice Noël Yogo a salué la tenue de la présente cérémonie qu’il souhaite voir dans d’autres régions du Burkina Faso afin de changer le regard de la société sur la formation professionnelle.

« La région du Sud-Ouest a 16 centres dont 4 publics et 12 privés. C’est une contribution importante pour développer les compétences techniques et professionnelles des jeunes afin de répondre aux besoins du marché du travail », a relevé Brice Noël Yogo.

Toutefois, il a souhaité que les provinces et les communes qui n’ont pas encore de centre de formation professionnelle puissent adhérer à la dynamique à très court terme afin de renforcer l’employabilité des jeunes et lutter contre le chômage.

Pour la représentante des acteurs de la formation professionnelle du Sud-Ouest, Ella Kambou, le gouvernement a pris plusieurs initiatives dans le but de répondre au chômage des jeunes, mais à lui seul, le pays ne pourra pas venir à bout du sous-emploi.

« C’est pourquoi nous nous sommes investis dans la formation professionnelle avec 12 centres dans des filières comme la coiffure, le tissage, les technologies de l’information et de la communication, la mécanique deux roues, la menuiserie bois et métallique », a martelé Ella Kambou.

La formation professionnelle étant considérée souvent comme une option de second choix, elle a salué l’initiative de cette rentrée académique qui va valoriser les efforts des acteurs. Cependant, elle a relevé des difficultés qui freinent leur élan.

Il s’agit notamment de l’insuffisance de la matière première et des équipements et le manque de recyclage des centres. En réponse, le DG de l’ANFP a rassuré que le gouvernement travaille à offrir aux centres privés des moyens nécessaires pour l’atteinte de leurs objectifs.

Le gouverneur a fait comprendre aux apprenants qu’ils ont fait le bon choix et les a encouragés à ne pas abandonner.

Après une visite des ateliers du centre de formation professionnelle de Gaoua, M. Zongo a salué la modernité des équipements et l’engagement des encadreurs qui accompagnent les apprenants vers les métiers.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire