Bobo-Dioulasso : Les dozo ont prié pour des élections apaisées


L’Union nationale des dozo du Burkina Faso a organisé, du 28 au 30 octobre 2020 à Bobo-Dioulasso, la 10e édition de ses journées culturelles. Cette édition, qui a réuni plusieurs dozo du Burkina Faso et de pays de la sous-région, a été un moment de communion entre chasseurs traditionnels, mais aussi un moment de prière pour des élections apaisées au Burkina Faso.

« Contribution des dozo au renforcement de la sécurité pour des élections apaisées ». C’est sous ce thème que ces journées culturelles se sont tenues dans la ville de Bobo-Dioulasso. Ainsi, trois jours durant, les dozo venus du Burkina Faso, du Mali et de la Côte d’Ivoire ont mis à profit cette édition pour échanger autour de leur contribution pour des élections apaisées.

La chefferie coutumière et les responsables des dozo.

Le choix de ce thème, à en croire Aly Konaté, président de l’Union nationale des dozo du Burkina, n’est pas fortuit. « Chaque année, nous nous réunissons pour échanger sur la contribution des dozo autour des préoccupations du moment. Cette année, comme vous le savez, des élections ont lieu un peu partout dans la sous-région. D’où le choix de ce thème, car qui dit élection, dit défi sécuritaire », a-t-il justifié, tout en insistant sur le fait que la Confrérie dozo peut et doit jouer un rôle dans la sécurisation des élections.

Aly Konaté, président de l’Union nationale des dozo du Burkina Faso.

Selon lui, le Burkina Faso a besoin d’une bonne cohésion sociale, de paix, de sécurité, etc. « C’est pourquoi, nous nous sommes concertés entre responsables dozo, pour demander à tout un chacun de réunir ses forces afin de soutenir nos forces de l’ordre pour sécuriser le pays dans ces périodes difficiles de la campagne et des élections », a-t-il laissé entendre.

Le défilé des dozo du Burkina Faso et de la sous-région.

Ces journées ont été marquées par plusieurs activités, à savoir un défilé des dozo venus de différentes localités du pays et des pays invités, des tours de magie, des danses et surtout des moments de recueillement et de prière. Par ailleurs, les chasseurs traditionnels ont mis à profit ces journées pour réaffirmer leur engagement à jouer leur partition dans la sécurisation des élections en particulier et de leurs pays respectifs en général ; et ce, en restant dans la légalité.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire