Cameroun: Artisanat – Le Made in Cameroon à portée de main


Des expositions sont régulièrement organisées par les fabricants pour présenter des produits locaux au grand public.

Des chapiteaux et des meubles servant de rayons d’expositions. C’est désormais dans ces espaces aménagés périodiquement dans différents quartiers de la ville de Yaoundé que le public peut s’offrir des produits du cru. Entre autres, vêtements à base de bogolan ou de bazin, sacs tissés en paille, huiles essentielles, savons, ovules, biscuits à base de cacao et des vases en terre cuite. Mais, la principale attraction ici, c’est le stand dédié aux produits de la pharmacopée.

« Je viens ici pour me ravitailler en médicaments contre la tension. Les stands sont bien achalandés. En plus, j’ai ressenti un réel soulagement après avoir consommé une première dose », a indiqué Théodore Mulen, un visiteur. En effet, réputés pour leur efficacité, les produits phytothérapeutiques font courir. Victor Lipoth, un phytothérapeute exposant au Stade Omnisports de Yaoundé, avoue recevoir près de 50 malades par jour contre moins d’une dizaine dans ses cabinets.

Les produits de toilette comme les savons, les huiles et les vêtements conçus par des designers camerounais attirent également du beau monde. Que ce soit à l’Omnisports, à Essos ou à Ngoa-Ekelle où il est présent, ce marché d’un autre genre ne désemplit pas. Au grand bonheur des exposants qui font des bonnes affaires. Soit environ 20 000F à 75 000F par jour en fonction des produits.

Ces expositions mobiles, lancées depuis cinq ans, visent à lutter contre le chômage et la pauvreté des artisans et partant, rendre le Made in Cameroon visible. « Nous avons été inspirés par le Salon international de l’artisanat du Cameroun qui se tient tous les deux ans et nous avons pensé qu’au lieu d’attendre cette échéance, nous pouvons nous-même prendre l’initiative de présenter notre savoir-faire aux consommateurs. En même temps cela nous permet de vendre nos produits », a expliqué Blaise Hippolite Bodi, président national du regroupement des artisans du Cameroun (Rac). « Depuis quelques mois, nous travaillons en partenariat avec les mairies, dont celles de Yaoundé, Yaoundé V, IV et Douala V, auprès desquelles nous déposons des demandes d’occupation de la voie publique », explique-t-il.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire