Cameroun: Centre de réintégration de Mémé – La construction débute en janvier


L’annonce a été faite jeudi dernier par Faï Yengo Françis, coordonnateur national du Cnddr en visite à l’Extrême-Nord.

Un milliard de F. C’est le montant débloqué par le chef de l’Etat pour la construction du Centre de réintégration des ex-combattants de Mémé, dont les travaux commencent dès janvier 2021. L’information a été dévoilée par Faï Yengo Françis, coordonnateur national du Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration (Cnddr) qui a bouclé jeudi dernier une visite de travail de trois jours dans la région de l’Extrême-Nord.

A Maroua, la rencontre avec le gouverneur de la région Midjiyawa Bakari, le mardi 27 octobre lui a permis de prendre le pool de la situation des ex-combattants de Boko Haram dont il a la charge. A Mora, chef-lieu du département du Mayo-Sava, le mercredi 28 octobre, le coordonnateur national du Cnddr a rencontré le général de brigade, Bouba Dobékréo, commandant du secteur N°1 de la Force mixte multinationale (FMM).

C’est au poste de commandement de la FMM qu’il entre en contact avec les ex-combattants de Boko Haram. Ici, ils sont 110 ex-combattants en attente de transfert. Lors de cette escale, que ce soit avec les militaires ou ces ex-combattants, les échanges ont été fructueux. Faï Yengo Françis a saisi l’opportunité pour leur donner des conseils et des encouragements en les rassurant que le meilleur est à venir.

Après cette étape, la délégation du Cnddr est allée à Mémé pour voir les 13,21 hectares offerts gratuitement par le lamido, sa majesté El Hadj Loumana Mahama. Pour ce dernier, « ce don de terre ne profitera pas seulement aux ex-combattants, mais à toute notre localité car nos enfants bénéficieront aussi des multiples formations qui sont annoncées et c’est un facteur de développement pour nous, merci au chef de l’Etat pour avoir pensé à Mémé », dit-il.

La journée s’achève avec l’escale de Méri où le coordonnateur a non seulement rencontré les tout premiers ex-combattants, 153 au total, mais il leur a également livré le message d’encouragement du chef de l’Etat et leur a offert des dons en équipements et en denrées alimentaires. Pour Faï Yengo Francis, « le retour des ex-combattants de Boko Haram est une forte préoccupation du chef de l’Etat camerounais, voilà pourquoi il ne ménage aucun effort pour leur assurer un retour digne », a-t-il précisé.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire