Algérie: L’OPEP et le GECF discutent des impacts du Covid-19 sur les marchés mondiaux


Alger — L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et le Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) ont tenu leur première réunion de haut niveau consacrée notamment à l’examen des impacts de la pandémie COVID-19 sur les marchés mondiaux de l’énergie, a indiqué jeudi l’Opep.

Tenue mercredi soir sous la présidence du secrétaire général de l’Opep, Mohammad Sanusi Barkindo et le SG du GECF, Yury Sentyurin, cette réunion s’est concentrée sur les impacts de la pandémie sur les marchés mondiaux de l’énergie à court, moyen et long terme, a précisé l’Organisation dans un communiqué commun publié sur son site web.

Les deux parties ont aussi discuté du programme de travail et de la feuille de route pour le Dialogue pour 2020-2021.

Soulignant l’importance du pétrole brut et du gaz naturel pour l’économie mondiale, représentant plus de la moitié du bouquet énergétique mondial, l’Opep et le GECF ont discuté, lors de cette réunion, sur les activités de recherche collaborative dans le cadre de la coopération multilatérale, d’autant plus que l’industrie continue de faire face à un défi majeur de la pandémie et de ses retombées sur les marchés de l’énergie et l’économie mondiale.

Les discussions entre les deux parties se sont appuyées sur les deux réunions d’experts techniques qui ont été convoquées en juin et octobre 2020, qui avaient établi un cadre structuré pour le dialogue menant à cette première réunion de haut niveau.

Dans son allocution de bienvenue, le SG de l’Opep a fait référence au mémorandum d’accord qui avait été signé entre les deux organisations le 3 octobre 2019 pour promouvoir « l’échange de connaissances, d’expériences, de points de vue, d’informations, de données et de pratiques dans des domaines d’intérêt mutuel ».

En outre, les discussions se sont référées aux deux réunions d’experts techniques convoquées en juin et octobre 2020 et qui avaient établi un cadre structuré pour le dialogue.

« Dans un laps de temps très court, nous avons lancé avec succès ce partenariat mutuellement bénéfique et nous sommes impatients de bâtir sur ces étapes clés aujourd’hui », a fait observer M. Barkindo.

« Au GECF, nous croyons fermement que notre dialogue énergétique bien établi avec l’Opep constitue une base à la réalisation de politiques valides qui servent de cadre à la collaboration internationale et garantissent la sécurité de l’approvisionnement si nécessaire », a souligné, de son côté, le SG du GECF, Yury Sentyurin.

Le SG du GECF a rappelé également que « les industries du pétrole et du gaz naturel seront toujours un élément essentiel de la réalisation d’un système énergétique à faible émission de carbone à l’échelle mondiale et régionale et qu’elles soutiendront l’économie post-pandémique ».

Les points communs entre les deux organisations ont été soulignés à l’occasion, sachant que l’Opep et le GECF comptent de nombreux pays membres en commun, à savoir l’Algérie, la Guinée équatoriale, l’Iran, la Libye, le Nigéria et le Venezuela.

Les autres pays membres de l’Opep, qui sont l’Angola, l’Irak et les Emirats arabes unis font partie des pars observateurs du GECF.

Par ailleurs, il a été convenu que la prochaine réunion de haut niveau du dialogue Opep-GECF sur l’énergie aura lieu en 2021 et sera accueillie par le GECF à Doha.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire