Algérie: Gaz naturel – Nécessité de se réorganiser pour compenser la stagnation du monde


Alger — Le ministre de l’Energie et président de la 22eme réunion ministérielle du GECF, Abdelmadjid Attar, a souligné jeudi à Alger la nécessité de se réorganiser pour les pays exportateurs du gaz en vue de compenser la stagnation enregistrée dans le monde de gaz naturel, causée notamment par la Covid-19 et une offre excédentaire.

« Pour compenser la stagnation dans le monde de gaz naturel, nous devons nous réorganiser et nous réinventer pour augmenter nos forces en ces temps difficiles », a plaidé M. Attar dans une allocution d’ouverture de la 22ème réunion ministérielle du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) qui se tient ce jeudi par visioconférence.

Soulignant que les conditions du marché s’améliorent, le ministère de l’Energie a noté que « le nombre de risques et d’incertitudes reste énorme, qu’ils soient liés à la pandémie ou à l’état de l’économie ».

Il a, à cette occasion, fait observer que « la réunion ministérielle du GECF se déroulait dans un contexte de circonstances extraordinaires et que l’année 2020 a été inhabituelle ».

Ces deux chocs, selon le ministre, ont interrompu l’activité économique et « imposé des limites sévères aux ressources budgétaires disponibles pour amortir l’impact socio-économique et soutenir la reprise ».

Cependant, pour M. Attar, « le brouillard de la plus grande pandémie de notre vie n’a fait qu’accélérer les turbulences que l’industrie gazière a rencontrées au cours des deux dernières années, avec une offre excédentaire et des fondamentaux baissiers freinant l’enthousiasme pour une nouvelle expansion du secteur ».

Face à cette situation, « les membres du GECF sont tenus d’adapter leur réflexion aux problèmes qui les attendent », a-t-il recommandé.

« Ses attributs propres font désormais partie des conversations importantes sur les objectifs de développement durable à l’horizon 2030, et l’augmentation attendue du mix énergétique mondial est un fait prometteur », a-t-il ajouté.

Rappelant les déclarations des sommets du GECF à Doha (2011), Moscou (2013), Téhéran (2015), Santa Cruz de la Sierra (2017) et, plus récemment, Malabo (2019), soulignent toutes la position de « leader du GECF, qui représente la plus grande part des ressources de gaz naturel dans le monde, et sa volonté de les développer au profit des producteurs et des consommateurs ».

M. Attar a affirmé croire « fermement que le rôle du Forum est plus pertinent aujourd’hui que jamais ».

L’Institut de recherche sur le gaz devient opérationnel en Algérie

Le ministère de l’Energie a, d’autre part, affirmé que la plateforme pouvait saisir le moment et aider à préparer ses membres à exploiter les technologies numériques et l’intelligence artificielle, à améliorer les taux de valorisation, à découvrir des ressources inexploitées, à rechercher de nouveaux investissements et à dénicher des idées innovantes qui garantiront la prospérité du gaz naturel à ses membres.

Notant que le travail du GECF est aujourd’hui considéré comme « crédible et autoritaire à travers le monde », M. Attar a rappelé que le Forum s’était engagé au cours de la dernière décennie, avec « succès » avec des organisations pairs de premier plan.

Lire aussi: Forum GECF: Attar pour un mécanisme assurant la stabilité des marchés

Il s’agit d’un institut de recherche de classe mondiale dans le domaine du gaz naturel visant à renforcer la coopération entre les pays membres du GECF dans les domaines de la technologie, de l’innovation, de la formation et de l’échange d’expertises.

Enfin, il est attendu que la 22e réunion ministérielle débouche sur des recommandations pour la stabilisation du marché du gaz et pour les progrès continus du GECF.

Le Forum est composé de 11 pays membres et 9 pays observateurs, qui détiennent ensemble trois quarts des réserves gazières de la planète et contribuent à plus de deux tiers des échanges de gaz (gazoduc et GNL).



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire