Algérie: Le gaz source abondante et souple, répond aux besoins mondiaux croissants


Alger — Les ministres participants à la réunion du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) tenue par visioconférence ont affirmé que le gaz serait une source d’énergie abondante et souple capable de satisfaire les besoins mondiaux croissants en énergie et de répondre aux exigences des trois piliers du développement durable», a indiqué la réunion ministérielle jeudi dans un communiqué.

A l’issue de la 22ème réunion ministérielle du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF), présidée par le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, les ministres se sont accordés à dire que le gaz serait une source d’énergie abondante et souple répondant aux exigences des trois piliers du développement durable: écologique, social et économique.

De surcroît, les ministres participants ont fait savoir que le gaz naturel constituait le point de départ du développement durable pour la réduction des émissions des systèmes énergétiques, a relevé le communiqué de cette réunion lors de laquelle ont été évaluées les dynamiques actuelles pour la fabrication du gaz naturel, admettant toutefois que les fondements censés augmenter le gaz naturel pour compenser la stagnation dans le monde de gaz restent inchangés.

Lors de son allocution d’ouverture, M. Attar a donné un aperçu sur les développements que connait l’industrie gazière et les nécessités stratégiques à même de les booster, évoquant, par ailleurs, le rôle du Forum économique de l’Asie-Pacifique, l’APEC (Asia Pacific Economic Cooperation), en tant que plateforme de débat multipartite exceptionnelle entre les Etats producteurs et les pays industriels consommateurs de gaz.

De son côté, M. Yury Sentyurin, Secrétaire général (SG) du GECF a présenté le rapport du son administration, mettant en exergue les différentes activités menées en 2020 et visant à atteindre la vision préconisée dans la Déclaration de Malabo en 2019.

Le rapport du SG du GECF inclut également les statuts du forum, la stratégie à long terme, le plan de travail de l’année en cours et le programme d’action des exercices 2019 et 2020.

Cette rencontre par visioconférence a été l’occasion de présenter, conformément au Modèle mondial du gaz GECF, l’édition de la publication phare de 2020 sous l’appellation Global Gas Outlook 2050 (GGO 2050).

Réaffirmant leur détermination à accélérer le rythme de coopération afin d’optimiser le niveau de compétence du Forum économique mondial, les responsables ont tout de même reconnu la souplesse caractérisant les Etats membres qui tentent d’assurer une exploitation non contraignante des marchés libres de gaz, et l’approvisionnement continu des clients, malgré les nombreux défis et la baisses des revenus.

Les ministres saluent les réalisations accomplies grâce à la création de GRI

Dans le domaine de la recherche, les ministres ont salué les réalisations accomplies grâce à la création de l’Institut de Recherches du Gaz (GRI) en Algérie. La réunion a approuvé la politique et les procédures liées aux prix du forum. Les prix du GECF seront lancés en 2021 et une cérémonie est prévue en marge du 6e sommet du GECF des chefs d’Etats et de gouvernements.

Lors de la révision du rapport périodique des préparatifs du 6e sommet, les ministres se sont félicités du progrès réalisé par le Qatar qui abrite cet évènement biennal et qui se tiendra à Doha en novembre 2021. L’Algérie abritera le 7e sommet du Forum des pays exportateurs de gaz à Alger en 2023.

En outre, la réunion ministérielle a désigné l’ingénieur Mohamed Hamel d’Algérie en tant que président du conseil exécutif et l’ingénieur Angel Gondzalez Saltron du Venezuela en tant que président par intérim du conseil exécutif pour la même période.

Les ministres et chefs de délégations ont exprimé leur reconnaissance au ministre, Abdelmadjid Attar, pour sa direction du forum de coopération économique mondiale sous la présidence de l’Algérie en 2020.

Ont pris part à cette réunion, jeudi, les ministres de l’Energie ainsi que les hauts responsables d’Algérie, de Bolivie, d’Egypte, de Guinée équatoriale, d’Iran, de Libye, du Nigéria, du Qatar, de Russie, de Trinité-et-Tobago, du Venezuela, d’Angola, d’Azerbaïdjan, d’Irak, de Malaisie et de Norvège en tant que pays observateurs.

Les chefs de départements de l’énergie d’Indonésie, du Mozambique, du Sénégal, de Tunisie, du Turkménistan ont assisté à la séance d’ouverture en tant qu’invités du forum.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire