À Melbourne, les images d’une “beach party” illégale divisent



Plusieurs dizaines de personnes se sont réunies le dimanche 15 novembre sur une plage en banlieue de Melbourne pour faire la fête, sans masques. Ce rassemblement, interrompu par la police, divise l’opinion australienne : si certains fustigent “l’égoïsme” des participants, d’autres comprennent l’envie de décompresser d’une partie de la jeunesse, après un long confinement récemment levé.

“Une vidéo choquante montre une beach party illégale à Melbourne”, s’indigne Sky News Australia, tandis que le site d’information News.com.au présente les faits sous un autre jour : “Dans l’État de Victoria, des fêtards profitant de leur liberté bien méritée ont été sommés de calmer le jeu.” Le dimanche 15 novembre, un peu plus de cent personnes se sont réunies pour festoyer sur la plage de Black Rock, située dans la banlieue de Melbourne, dans le sud-est de l’Australie. Sur les images relayées par la chaîne australienne Sky News, on peut voir les jeunes participants danser en maillot de bain, sans masques.

La police a interrompu les festivités et dispersé les fêtards, sans pour autant procéder à des arrestations, précise News.com.au. Cet événement enfreignait l’interdiction – encore en vigueur – des rassemblements de plus de dix personnes. Si une partie de l’opinion australienne a critiqué les fêtards avec virulence, dénonçant leur “égoïsme” et les enjoignant à porter un masque, d’autres internautes, relate Sky News, estiment qu’il faut lâcher du lest et laisser la jeunesse respirer après un deuxième confinement “éprouvant”. En effet, la ville de Melbourne a mis fin, le 28 octobre, à un confinement long de trois mois. Ses cinq millions d’habitants ne pouvaient pas se déplacer à plus de 5 kilomètres de chez eux, et un couvre-feu était imposé jusqu’à la fin de septembre.

Réagissant aux images virales des festivités, le Premier ministre de l’État de Victoria, Daniel Andrews, a rappelé qu’il n’appartenait pas à la population de proclamer la fin de la pandémie, et a demandé aux jeunes de rester prudents jusqu’à ce qu’un vaccin soit disponible : “Je sais que les gens veulent revenir à la normale, mais personne n’a le droit ni les qualifications nécessaires pour se dire – ou dire à ses amis – ‘C’est terminé, parce que j’ai envie que ça le soit’. Ce n’est pas terminé.”

À Melbourne, il n’y a pas eu de nouveaux cas de Covid-19 ni de nouveaux décès “pour le seizième jour consécutif”, rappelle ce lundi 16 novembre le site News.com.au.





A lire aussi

Laisser un commentaire