Afrique: 5e Sotigui awards – Canal +Burkina organise une soirée VIP pour célébrer les talents du cinéma africain


La salle de réception de l’hôtel Bravia qui a accueilli l’évènement brillait de mille feux, à cause notamment de la présence de nombreuses stars du cinéma africain, venues des quatre coins de l’Afrique et d’autres continents.

C’était une soirée décontractée, qui a réuni la crème du cinéma africain à Ouagadougou pour célébrer les acteurs du 7e art, avec la présence de comédiens connus comme Khalima Gadji (Marème Dial) et Cheikh Babou Gaye (Cheikh Diagne) de « Maitresse d’un homme marié », Serge Abessolo, Issaka Sawadogo, Olivier Kissita, etc.

Elle marquait également l’ouverture de l’édition 2020 des Sotigui awards, cette cérémonie qui, depuis 2016, valorise et récompense le métier d’acteur, de comédien du cinéma d’Afrique et de la diaspora.

La soirée a été organisée par CANAL+BURKINA «pour honorer les artistes, pour leur dire merci, encourager chacun de nous à vous soutenir dans votre volonté de parfaire le 7e art.

Cette soirée est organisée par Canal plus pour réaffirmer son choix de continuer à investir sur des hommes multiples dans le développement du cinéma.

Notamment dans la production, coproduction, diffusion, la formation et parfois en conseils techniques», a confié Aymé Makuta, le Directeur général de CANAL+BURKINA.

Présente depuis le début des années 90 sur le continent noir -et depuis 7 ans au Burkina-, l’entreprise a connu une évolution remarquable au fil des ans par l’enrichissement progressif de son contenu et par son ambition à rendre accessibles ses programmes.

«Depuis le début des années 2010, un tournant important s’est opéré avec une volonté plus forte d’investir pour satisfaire la demande de nos clients de plus en plus nombreux mais aussi et heureusement, de plus en plus exigeants.

En dehors de ses aspects techniques, la satisfaction de la clientèle passe par la richesse de la programmation», fait observer M. Makuta, en citant quelques productions de CANAL+ qui ont fait le bonheur des cinéphiles et téléspectateurs africains tes Invisibles, « Sako et Magane », « Ma grande famille », « Oasis », « Cacao » ou encore « Hanté ».

Ces productions, d’après lui, font ressortir la qualité des techniciens évoluant sur le continent et mettent en évidence le fait que le cinéma est un outil puissant pour véhiculer les cultures africaines et montrer à l’écran la richesse et la variété de nos scénarios et mettre en valeur nos acteurs. «C’est ensemble que nous pourrons mettre en lumière la richesse de notre cinéma.

Et dans ce monde où l’Afrique cherche à se positionner et compter parmi les Nations fortes, le cinéma doit être considéré comme un miroir.

Le miroir de notre société, de notre quotidien avec ses évolutions, ses peurs, ses contradictions, ses doutes et même ses ambitions», a-t-il lancé à l’assistance.

Il a aussi annoncé que CANAL+ prend la résolution de lutter massivement contre le piratage des œuvres en lançant une campagne panafricaine de lutte contre ce mal.

L’Académie des Sotigui a été créé en 2016 pour valoriser et récompenser le métier d’acteur, de comédien du cinéma d’Afrique et de la diaspora, explique pour sa part le président de l’Académie, Kévin Moné.

Partant du constant qu’en Afrique, le métier d’acteur comédien est relégué au second plan, il a décidé d’ériger cet évènement annuel pour valoriser et récompenser les talents africains et de la diaspora.

Comme lors des soirées précédentes, «toutes les régions africaines représentées et sa diaspora. L’Afrique dans toute sa diversité culturelle. Tous ces acteurs qui sont là aujourd’hui sont des ambassadeurs de leur pays.

C’est une CAN de football. Le plus important, c’est d’être nominé. Cela veut dire que l’on reconnaît vos talents. Et pour moi, c’est la plus grande satisfaction que nous donnons aux acteurs», dit M. Koné.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire