Afrique du Nord: Covid-19 – La 35ème édition du CIHFE portera sur les conditions d’une reprise économique solide en Afrique du Nord


Rabat, Maroc — – Le Bureau de la CEA pour l’Afrique du Nord organisera la 35ème réunion du Comité Intergouvernemental des Hauts Fonctionnaires et Experts (CIHFE) pour l’Afrique du Nord le mardi 17 novembre, sous le thème : « Covid19 : politiques et stratégies de relance pour l’Afrique du Nord ».

En raison de la pandémie de la Covid19, l’édition 2020 du CIHFE – Afrique du Nord se tiendra en ligne.

« Le Comité Intergouvernemental des Hauts Fonctionnaires et Experts est une rencontre annuelle au cours de laquelle notre bureau se réunit avec des représentants des pays membres, des chercheurs et des experts en vue de faire le point sur le travail réalisé en appui à la sous-région et nous accorder sur les orientations stratégiques de notre équipe pour l’année à venir », a déclaré Khaled Hussein, directeur par intérim du Bureau de la CEA pour l’Afrique du Nord à propos de la rencontre.

La réunion de l’ICSOE sera également une opportunité d’examiner l’impact de la crise de la Covid19 sur les économies nord-africaines et de convenir d’une série de recommandations pour une reprise économique accélérée. Les discussions tireront ainsi parti des conclusions de cinq webinaires organisés au cours du mois dernier par le Bureau de la CEA en Afrique du Nord, et qui ont porté sur des questions telles que : La mise en œuvre de l’Agenda 2030 (ODD) et de l’Agenda 2063 en Afrique du Nord et l’impact de la pandémie sur les progrès réalisés ; les défis économiques et structurels de l’Afrique du Nord et les réformes nécessaires pour faciliter sa reprise économique; la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAf) et comment elle peut contribuer à atténuer l’impact de la crise actuelle sur les stratégies commerciales des pays membres; les meilleures pratiques pour la création d’emplois ; et enfin comment l’innovation et les nouvelles technologies peuvent aider la sous-région à naviguer dans les tendances économiques post Covid19.

« Nous nous attendons à ce que 2021 soit à la fois une nouvelle année difficile mais aussi un tournant majeur pour les économies nord-africaines, sur des questions vitales telles que la transformation structurelle, l’intégration régionale et l’emploi des jeunes et à terme, leur capacité à réaliser une croissance inclusive, durable et résiliente dans les années à venir, a déclaré Khaled Hussein.

L’édition de cette année du CIHFE-Afrique du Nord se tient alors que la sous-région est confrontée à l’un des plus grands chocs économiques de son histoire moderne, les experts en craignant des répercussions majeures et durables sur les plans économique et social, et s’attendant à une lente reprise à partir de 2021.

Selon les experts de l’ONU, une contraction de l’économie mondiale de -3,2% est attendue en 2020, avec, dans le cas de l’Afrique du Nord, une croissance du PIB de seulement 0,3% dans le meilleur des cas et une baisse de – 5,4% dans le pire des cas.

Depuis son apparition, la pandémie de la Covid19 a gravement touché l’économie mondiale, perturbant les chaînes de valeur mondiales – qui représentent près de la moitié du commerce mondial dans une économie mondiale hautement interconnectée – déclenchant l’émergence de chaînes de valeur plus concentrées, l’apparition de nouveaux secteurs stratégiques ainsi qu’une accélération de la 4ème révolution industrielle.

Avant la pandémie, l’Afrique du Nord avait enregistré une modeste croissance, souvent ralentie par une transformation structurelle insuffisante, une faible croissance de la productivité, la contribution à des maillons à plus faible valeur ajoutée aux chaînes de valeur mondiales et marquée par des taux de chômage élevés, en particulier parmi les jeunes.

La crise de la Covid-19 a gravement affecté les principales sources de devises étrangères telles que les IDE, les exportations de pétrole et de marchandises, les envois de fonds des communautés expatriées et le tourisme, menaçant environ 5 millions d’emplois en 2020 dont beaucoup sont détenus par des travailleurs vulnérables tels que les jeunes, les femmes et les employés du secteur informel.

SOURCE Agência Brasil – Empresa Brasil de Comunicação S/A – EBC



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire