Budget : Bruxelles appelle Paris et Rome à mieux encadrer leurs dépenses de crise



Publié le 18 nov. 2020 à 16:15Mis à jour le 18 nov. 2020 à 16:20

C’est le défi posé par la crise sanitaire aux Etats européens : soutenir massivement l’activité à court terme sans sacrifier à moyen terme leurs finances publiques. Mercredi, dans le cadre du « semestre européen », le mécanisme de revue et de coordination des politiques économiques des 27, la Commission européenne l’a rappelé et a décerné un premier satisfecit général : tous les projets de budget 2021 sont « globalement conformes aux recommandations » émises cet été par le Conseil européen, où siègent les Etats.

Déséquilibres

« La plupart des mesures soutiennent l’activité dans un contexte de considérable incertitude », approuve l’exécutif européen, et l’essentiel des Etats ont bien pris soin de border leur caractère temporaire ou de les contrebalancer par des économies futures. Ce point a été scruté : si les règles du Pacte de stabilité budgétaire seront bien levées de nouveau en 2021 (les seuils de déficit sont tous largement dépassés), Bruxelles veille à l’après tant « les risques de déséquilibres apparaissent en hausse dans les Etats qui en connaissaient déjà avant la pandémie ».

Les recommandations spécifiques à la zone euro appellent ses membres à s’assurer « que leurs politiques fiscales continuent de soutenir l’activité en 2021 » tout en se tenant prêts à « réorienter ces politiques fiscales quand les conditions épidémiologiques et économiques le permettront ».

Rapport au printemps

La France subit en la matière un avertissement : certaines des mesures de soutien de son projet de budget 2021, représentant une petite moitié de l’effort financier dédié à la lutte contre la crise selon les calculs de Bruxelles, « ne semblent pas être temporaires ni compensées », souligne la Commission. Elle vise notamment les hausses des salaires dans les hôpitaux (8 milliards) et la baisse des impôts de production (10 milliards).

Bruxelles dresse le même constat pour l’Italie, ainsi que pour la Lituanie et la Slovaquie. La Belgique, la Grèce, l’Espagne, le Portugal, eu égard au niveau déjà élevé de leur dette avant la crise, se voient plus cordialement rappeler de bien « veiller à préserver la viabilité des finances publiques à moyen terme ». Dans ce contexte où l’Europe navigue encore à vue, douze Etats membres, dont la France, feront l’objet d’un rapport plus approfondi au printemps, dans le cadre du prochain semestre européen. Paris a déjà appelé à une réforme en profondeur du Pacte de stabilité , jugeant les règles inadaptées même au-delà de 2021, ce qui augure de tensions dans les prochains mois.

Double transition

Bruxelles appelle les Etats à profiter des plans de relance que doit financer l’Europe pour investir dans la double transition numérique et écologique . « Pour que l’Europe puisse se relancer comme un compétiteur de poids […], nous avons besoin de mesures de soutien budgétaire temporaires et ciblées, comme de réformes et d’investissements bien choisis, qui favorisent une reprise équitable, inclusive et durable », a insisté le vice-président exécutif de la Commission, Valdis Dombrovskis.

Toute cette stratégie est désormais suspendue à la confirmation du plan de relance européen difficilement négocié par les 27 en juillet, qui prévoit notamment près de 400 milliards d’euros de subventions aux Etats. Lundi, la Hongrie et la Pologne ont ouvert une crise en bloquant ce plan , ainsi que le futur budget de l’UE, pour protester contre le mécanisme permettant de priver de fonds les pays ne respectant pas l’Etat de droit. Mercredi, ils ont reçu le soutien de la Slovénie.

« J’appelle les gouvernements à faire preuve d’un sens des responsabilités vis-à-vis de leurs propres citoyens et de tous les Européens à un moment crucial. Validons ce plan de relance », a insisté mercredi Paolo Gentiloni, le commissaire européen à l’Economie. Le sujet sera inévitablement au coeur du sommet entre chefs d’Etats, jeudi par visioconférence, officiellement consacré à la crise sanitaire.



A lire aussi

Laisser un commentaire