Au Turkménistan, une pénurie alimentaire qui s’aggrave



Les files d’attente s’allongent dans les villes pour des produits alimentaires de plus en plus rationnés. Mais le pouvoir ne reconnaît pas la gravité de la situation.

“Étonnante nouvelle au XXIe siècle en provenance du Turkménistan : le pays souffre d’une grave pénurie de produits alimentaires”, informe le journal russe en ligne Vzgliad. Mais les autorités de ce pays – parmi les plus fermés au monde – ne le reconnaissent pas officiellement.

Depuis le printemps, pour les produits alimentaires de base, les Turkmènes reçoivent des bons de rationnement. Mais, en six mois, “la ration individuelle a été divisée par deux”. Conséquence : depuis le début d’octobre, pour acheter sucre, huile végétale, lait, riz et cigarettes, de longues files d’attente serpentent, des heures durant et même la nuit, devant les magasins d’État où les prix sont fixes et bas. Dans les commerces privés, les prix sont inabordables pour la majorité de la population.

Selon le site Turkmen News, dans la région de Mary, une famille a le droit d’acheter, deux fois par mois, un litre d’huile végétale, 2-3 cuisses de poulet, 5 kg de farine de blé, 1,5 kg de légumes “de piètre qualité” et 1 kg de

[…]

Alda Engoian





A lire aussi

Laisser un commentaire