Avec Joe Biden, l’Europe veut croire qu’elle retrouve un allié



Les relations transatlantiques ne peuvent que s’améliorer après la tempête Trump. Mais gare aux faux espoirs, prévient le correspondant à Bruxelles du quotidien espagnol El Mundo.

Le 26 mai 2017, Donald Trump était président depuis quelques mois quand il s’est rendu pour la première fois à Bruxelles. Les leaders des institutions européennes et les chefs d’État et de gouvernement s’étaient préparés à affronter un personnage extravagant et superficiel, mais ce à quoi ils ont assisté a dépassé tout ce qu’ils avaient pu imaginer.

Cela a été un désastre dantesque : tout s’est mal passé, en privé le matin pendant la réunion avec le président du Conseil européen (Donald Tusk) et celui de la Commission (Jean-Claude Juncker), et surtout quelques heures plus tard au siège de l’Otan.

Humiliation

On a eu droit à un festival d’absurdités, tant sur la forme que sur le fond. Les partenaires de Trump se sont sentis humiliés publiquement quand il leur a réclamé à grands cris une plus grosse contribution à la défense commune.

Lors de la séance photo, tout le monde a été gêné pour lui quand il a joué des coudes pour se placer au premier rang. Enfin, il a suscité l’inquiétude en évitant tout engagement sur cette défense commune. Pendant des mois, ces images sont restées gravées sur les rétines des dirigeants européens.

Le 7 novembre, à l’annonce de la victoire de Joe Biden, l’Europe a été soulagée d’un poids. Ce succès ne règle pas tous les problèmes, loin de là, mais il y contribue. D’où la satisfaction et le soulagement sans précédent avec lesquels cette victoire a été accueillie.

Les mots qui revenaient le plus souvent dans les messages de félicitation des dirigeants européens étaient “coopération” et “multilatéralisme”. L’Europe espère désormais travailler avec les États-Unis sur les problèmes qui ne peuvent pas être abordés nationalement ni même à l’

[…]

Pablo R. Suanzes

Lire l’article original

Source

Fondé en 1989, “Le Monde” a toujours revendiqué le modèle du journalisme d’investigation à l’américaine, bien qu’il ait parfois tendance à privilégier le sensationnalisme, au détriment du sérieux des informations. El Mundo a acquis sa

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire