Cameroun: Cacaoculture, aviculture, maïs – Comment intéresser les jeunes


Un nouveau projet financé par l’Union européenne à travers l’initiative Archipelago vise l’amélioration de l’employabilité et l’insertion professionnelle de cette couche.

Les responsables des regroupements de certaines filières (cacao, maïs et aviculture) réunis mardi dernier à l’Institut agricole d’Obala n’ont pas caché leur enthousiasme au cours du premier comité de pilotage du projet « formation duale pour une meilleure insertion des jeunes dans les filières agricoles, les organisateurs de producteurs et les territoires ruraux ». Il s’agit en fait d’une initiative qui vise la facilitation de l’insertion des jeunes de manière durable au niveau des trois chaînes de valeur sus-mentionnées. « Avec ce projet, on va mieux faciliter et mieux outiller nos organisations de producteurs à la mise en place des différents acteurs de ces chaînes de valeur. Auparavant, on était beaucoup plus basé sur la production et la commercialisation. Avec ce projet et la réalisation du diagnostic qui va commencer dès décembre, nous allons identifier les différents manquements de ces trois chaînes de valeur pour pouvoir intégrer les jeunes aux maillons qui manquent encore », explique Crysmabe Lapaque, coordinatrice du projet.

Au cours de la réunion pour ce projet ayant pour partenaires Agriculteurs français développement international, la confédération nationale des producteurs de cacao du Cameroun (Conaprocam), l’Institut agricole d’Obala et la chambre d’agriculture côte d’or, mardi dernier donc, il était question de faire le point sur l’état d’avancement du projet lancé depuis quelques semaines, mais aussi définir les actions à mener au cours des prochains mois. L’une des particularités de ce projet et qui le différencie d’autres initiatives, selon Crysmabe Lapaque, c’est que ce sont les organisations de producteurs qui auront elles-mêmes leurs dispositifs d’appui conseil pour pouvoir rendre service à leurs membres et mieux défendre leurs intérêts.

Ce sont donc près de 1500 jeunes qui seront sensibilisés, 360 formés dont 40% de jeunes et de femmes, mais aussi 65 exploitations agricoles et entreprises des filières ciblées qui vont profiter de ce projet. « Ce projet va nous aider à insérer les jeunes dans nos coopératives. La population cacaoyère du Cameroun est vieillissante et on a besoin d’un renouvellement de la force de travail dans cette filière et dans l’agriculture de manière générale. Donc ce projet va nous aider à identifier les jeunes à la insérer», se réjouit Alexis Joseph Koundi, président national de Conaprocam. Son collègue de l’Union nationale des aviculteurs du Cameroun n’en pense pas moins. « Il est question de donner aux jeunes une nouvelle vision de l’aviculture et dans ce projet, on va aussi former les leaders qui peuvent porter l’interprofession avicole du Cameroun », a souhaité Bruno Tanelikeu.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire