Madagascar: Chanson – « Vehivavy » de Stéphanie conscientise face au viol


La sublimissime Stéphanie, une vedette, est désormais une éveilleuse de conscience.

Stéphanie vient de sortir son titre « Vehivavy », où elle se dresse en tant que porte-voix des victimes et lanceuse d’alerte par rapport aux cas de viols répétés à travers Madagascar. Un morceau sobre et incisif.

A travers sa nouvelle chanson, « Vehivavy », la belle Stéphanie interpelle sur la recrudescence des viols au pays ces derniers temps. Ce titre exécuté tout en douceur, idéal pour faire passer le message, est disponible sur les réseaux sociaux depuis hier soir.

Il est difficile de parler de potentiel tube cette fois-ci, à supposer que l’artiste cherche plus à éveiller les consciences qu’à chercher un succès musical. Cependant, son talent ajoute de belles vibrations à chaque détour de ce morceau.

Les paroles titillent les politiques quand elle chante. « Adaptez les lois », pour que les vulnérables soient plus protégés. Elle en appelle aussi à la morale. « Être humain ou bête sans cervelle ? », questionne-t-elle d’un ton empreint de courroux.

Décidément, il a fallu attendre un certain moment pour que les artistes s’approprient ce phénomène social malheureux. Voilà que Stéphanie est la première à se lancer. La diva démontre que ce combat nécessite la participation de toutes et tous.

Les cas de viols répétés l’ont touchée à un tel point qu’elle signe cette chanson avec sa magnifique voix, mais aussi en étant l’auteure/compositrice. En moins de quatre minutes, « Vehivavy » réussit à scotcher l’auditeur.

Rien à craindre pour les inconditionnel(le)s, le cachet de Stéphanie est gardé dans ce morceau. Dans les semaines ou les mois à venir, il est sûr qu’elle va sortir d’autres tubes comme elle en a l’habitude. Pour le moment, elle se positionne en éveilleuse de conscience.

Une nécessité par les temps qui courent. Dégradation sociale, pertes du sens des valeurs… « Vehivavy » s’attaque aux prédateurs sexuels en même temps qu’elle porte la voix des plus faibles.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire