Alpha Condé : « Si la France a pensé que la Guinée… » | Africa Guinee


CONAKRY-Le président guinéen Alpha Condé qui a inauguré ce samedi 21 novembre 2020, la banque national d’investissement, a abordé plusieurs sujets dans son discours. Le chef de l’Etat a une nouvelle fois, réitéré qu’il ne tolérerait plus la corruption.

Réélu pour un nouveau mandat de six ans, le président Condé promet de « gouverner autrement ». Un concept qu’il a défini sous plusieurs angles : fin de l’anarchie, changement de comportement, zéro tolérance à la corruption et au clientélisme…

Le locataire de Sékhoutourea aussi expliqué pourquoi il a pris le décret relatif à la déclaration des biens qui s’applique aux hauts commis de l’Etat. Extrait.

La Guinée a d’immenses potentialités. On nous appelait scandale géologique. Nous avons beaucoup de matières premières, mais la Guinée a aussi une terre riche. Lorsque la France a constaté qu’elle allait perdre la guerre d’Indochine, alors que le Tonquin était le grenier pour l’union française, la colonisation avait décidé de choisir la Guinée pour remplacer le Tonquin pour fournir le riz à l’Union Française.

Alors si la France a pensé que la Guinée pouvait fournir le riz à l’union française qui comprenait : l’AOF, l’AEF et les Guadeloupe…. comment ne pouvons-nous pas produire le riz pour notre autosuffisance alimentaire et fournir à d’autres pays ? Voilà donc les challenges de ce nouveau mandat c’est pourquoi j’ai dit : gouverner autrement. Ce n’est pas un slogan, tout le monde va le savoir.

Gouverner autrement ? C’est aussi développer l’éducation civique, obliger les populations à respecter la loi. Qu’est-ce que nous constatons depuis quelques années et qui n’aurait jamais été possible sous la première république ? Vous arrêtez un voleur, au lieu de l’amener à la gendarmerie, vous le frappez à mort. C’est-à-dire se rendre justice alors qu’il y a la justice. Alors ça aussi c’est fini, nous prévenons les populations. Ensuite, il y a aussi les bacs à ordures, on vient et on jette les ordures à côté, ça aussi c’est fini.

Donc, gouverner autrement, c’est le changement de comportement des populations guinéennes elles-mêmes. Cette anarchie de laisser des marchés et créer des marchés parallèles partout même devant les ministères, c’est inadmissible. Mais, cela est dû aussi à la pauvreté (…). Gouverner autrement, ça veut dire aucune tolérance à la corruption, au concubinage, à l’ethnocentrisme, au clientélisme.

Il y a des gens qui disent : oui, c’est grâce à moi que le président a pris tel décret pour nommer tel ou tel.  Alors que c’est faux. Et en contrepartie ils veulent que celui-là soit leur obligé. Il faut que les gens sachent que personne en Guinée ne peut m’obliger à prendre un décret. Avant qu je ne prenne de décret, on m’envoie les photos, je prends les CV et les photos que j’analyse. Après je prends le décret. Je dis à tous les hauts cadres si un ministre ou autre cadre vous dit : c’est grâce à moi que vous avez eu votre nomination, dites-lui : je vais écrire au président et lui poser la question. En ce moment, ce mode de trafic aussi va finir.

Nous avons fait une nouvelle loi, la déclaration des biens des ministres. Nous savons qu’il y a des ministres qui créent des sociétés pour leurs femmes. Ces femmes qui participent à des appels d’offres sont favorisées. C’est pourquoi nous avons dit : déclaration des biens du ministre, de sa femme et de ses enfants. Donc, il n’est plus possible qu’un ministre se cache derrière sa femme pour créer une entreprise et qu’elle en soit favorisée par copinage entre les ministres. ça doit être clair pour tout le monde ».

A suivre…

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire